La France s'incline (31-21), l'Angleterre s'offre le Grand Chelem

  • A
  • A
La France s'incline (31-21), l'Angleterre s'offre le Grand Chelem
Les Anglais ont frappé à deux reprises dans les 20 premières minutes. @ AFP
Partagez sur :

RÉALISME - Le XV de France a été battu (31-21) par l'Angleterre, samedi au Stade de France. Les Anglais s'offrent le Grand Chelem. 

Après deux défaites consécutives contre le Pays de Galles et l'Ecosse, le XV de France n'a pas réussi à terminer le Tournoi des Six Nations sur une bonne note, samedi soir contre l'Angleterre. Les Bleus se sont inclinés (31-21). Les Anglais s'offrent leur premier Grand Chelem depuis 2003. 

>> Revivez la rencontre entre la France et l'Angleterre avec Europe1.fr

22h57. C'est terminé au Stade de France. Malgré une bonne résistance des Bleus, les Anglais ont été plus forts et ont inscrit trois essais. Victoire finale 31-21 pour les Anglais. 

68'. Hartley est KO. Le capitaine anglais Dylan Hartley a été obligé de sortir après un très gros choc avec le Français Atonio. Le talonneur de Northampton est sorti sur civière, conscient. 

61'. 100% de réussite pour Machenaud. Grâce au demi de mêlée du Racing Métro, les Français restent au contact. Les Bleus sont aussi bien présents en mêlée. 25-21 pour les Anglais.

Machenaud

56'. Troisième essai pour les Bleus. Billy Vunipola sort de la mêlée avant de se faire plaquer. Youngs a bien suivi et lance d'un coup de pied intelligent Watson. Ce dernier a bien senti le coup et inscrit le troisième essai anglais. 25-18 pour les Anglais.

51'. La France s'accroche. Les Français sont bien rentrés dans la deuxième mi-temps. Grâce à une nouvelle pénalité de Machenaud, la sixième, la France revient à deux petits points. 20-18 pour les Anglais.

43'. Machenaud irréprochable. Après une très belle action des Bleus, l'arbitre accorde une pénalité. Maxime Machenaud ne tremble pas et ramène la France à deux points. 17-15 pour les Anglais.

22h05. C'est reparti au Stade de France ! 

Bleus

21h47. Mi-temps : 17-12 pour l'Angleterre. Il n'y a pas eu photo dans ces 40 premières minutes. A chaque fois que les Anglais ont accéléré, ils ont marqué. Malgré deux essais pour le XV de la Rose, la France reste dans le match grâce à la botte de Machenaud. 

30'. Machenaud maintient en vie les Bleus. Grâce à 100% de réussite au pied, Maxime Machenaud réussit à garder son équipe dans le match. 


21'. Et de 2 essais pour l'Angleterre ! Les Anglais vont encore mal aux Bleus. Après une réduction du score de Maxime Machenaud, c'est au tour du pilier Dan Cole de faire plier la défense tricolore. 17-6 pour les Anglais.

14'. Coup dur pour François Trinh-Duc. L'ouvreur du XV de France a quitté prématurément la pelouse du Stade de France samedi face à l'Angleterre, visiblement blessé à la jambe gauche. Soutenu par deux soigneurs, le Montpelliérain (29 ans, 52 sel) est rentré directement aux vestiaires, après 14 minutes de jeu seulement, sans pouvoir poser le pied par terre. Gros coup dur pour les Bleus. 


12'. L'Angleterre frappe la première. Après une pénalité réussie de chaque côté, les joueurs de Guy Novès sont cueillis à froid par des Anglais très réalistes. Sur un ruck a priori anodin, Dany Care récupère, part au ras et transperce la défense française. 10-3 pour les Anglais. 

21h. C'est parti au Stade de France ! 

20h55. "Tant qu’on bat les Anglais, ça ira… " Dans un article consacré au "crunch" dans les colonnes du journal Le Monde, Irlandais, Gallois, Ecossais, Italiens et Français semblent avoir un "ennemi" commun dans le Tournoi des Six nations : l'Angleterre. Michael Phillips, demi de mêlée du XV du Poireau, qui a battu les Anglais (30-3) en 2013 résumé cette adversité : "L’état d’esprit qui domine dans toutes les équipes des Six Nations, c’est : tant qu’on bat les Anglais, ça ira… "

XV-de-France

20h50. Deux changements dans le XV de France. On ne change pas... une équipe qui perd. Le sélectionneur tricolore Guy Novès n'a opéré que deux changements pour affronter les Anglais, en titularisant Loann Goujon (en photo ci-dessus) et Bernard Le Roux en troisième ligne.