Euro 2016 : Zlatan et la Suède s'en sortent bien contre l'Eire

  • A
  • A
Euro 2016 : Zlatan et la Suède s'en sortent bien contre l'Eire
L'image est trompeuse : Zlatan n'a pas pris le dessus sur l'Irlande. @ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

La Suède de Zlatan a été dominée mais a réussi à accrocher le nul contre l'Irlande (1-1), lors du premier match du groupe E, lundi au Stade de France.  

LE "TOP LIVE"

Il peut pousser un grand ouf de soulagement. Pour son grand retour au Stade de France, Zlatan Ibrahimovic a réussi à accrocher un nul heureux contre l'Irlande (1-1), lors du premier match de la Suède à l'Euro. Mais le "roi" et ses sujets sont vernis : largement dominés par de surprenants irlandais, ils auraient pu perdre sans le manque d'efficacité de leurs adversaires. La Suède devra réagir pour espérer se sortir du terrible groupe E, celui de la mort (avec la Belgique et l'Italie). Revivez notre Top Lab, un classement non chronologique (et subjectif, évidemment), des moments forts du match, à la sauce Lab Euro.

Le tableau d'affichage

EIRE 1 - 1 SUÈDE (Stade de France)

>> Le direct intégral à revivre ici

But de Hoolahan à la 48e minute

But contre son camp de Clark à la 72e minute

1. Zlatan décevant mais décisif. La Suède a été dominée une bonne partie de la rencontre. Forcément, Zlatan a eu un mal fou à exister et a déçu une large partie de la rencontre. Mais le "roi" s'est finalement réveillé. Après avoir failli marquer (60e), Zlatan a été décisif sur l'égalisation suédoise : son centre dans la surface a été poussé dans son propre but par le malheureux Clark (72e).



Zlatan aurait même pu offrir la victoire et le hold-up à la Suède : l'ancien Parisien a manqué de peu de pousser au fond des filets un beau centre en retrait de la gauche (82e). Mais faut pas se mentir, la Suède et Zlatan s'en sortent très bien ! 

2. L'Irlande encore volée au Stade de France. A l'inverse, l'Irlande n'a pas été récompensée de son excellent match. Les Irlandais, pas favoris, ont largement dominé les débats. Ils ont logiquement ouvert le score par Hoolahan, d'une belle reprise de volée en tout début de seconde période (48e). 



Les petits hommes verts auraient même pu (et dû) l'emporter. Mais Isaksson a sorti une belle parade sur une frappe à bout portant d'Hendrick (73e). Ils peuvent être verts, les Irlandais : dès qu'ils viennent au Stade de France, ils se font voler. La force de l'habitude...

3. L'Eire des regrets. Quand on vous dit que l'Irlande peut avoir des regrets, on ne vous ment pas. Durant les 45 premières minutes, l'Eire s'est ainsi créée quatre énormes occasions : d'abord sur une reprise de volée d'Hendrick à la 10e minute, mais Isaksson a été à la parade. Quelques minutes plus tard, nouvelle grosse opportunité pour l'Irlande : O'Shea a été à deux doigts de pousser un ballon au fond après un corner (17e). 

Puis la frappe de Brady aux 20 mètres est passée juste au-dessus de la transversale (30e). La barre, justement, a été trouvée par Hendrick deux minutes plus tard, après un sublime enroulé à l'entrée de la surface (32e). Quand ça veut pas...



4. Marée jaune contre vague verte. Dans les tribunes, il y a eu un sacré match. Le Stade de France a été submergé par une marée de fans suédois, tous en jaune. La majorité de l'enceinte a ainsi été occupée par les sujets du "roi" Zlatan.

Mais les Irlandais n'ont pas failli à leur réputation. S'ils ont été en infériorité numérique (pour une fois!), plusieurs milliers de fans de la "Green army" ont investi les travées. Et comme souvent, ils ont fait énormément de bruit. Y'avait de l'ambiance, au Stade de France !