Drame de Hillsborough : l'enquête conclut à des décès non accidentels

  • A
  • A
Drame de Hillsborough : l'enquête conclut à des décès non accidentels
Les supporters blessés avaient été pris en charge directement sur la pelouse du stade.@ AFP
Partagez sur :

En 1989, l'affluence massive et incontrôlée dans le stade de Hillsborough à Sheffield a engendré une bousculade, tuant 96 supporters.

Les décès de 96 supporters de football morts écrasés lors d'une bousculade dans le stade de Hillsborough à Sheffield en 1989 n'étaient pas accidentels et la police porte une responsabilité dans le drame, a conclu mardi un jury. Les jurés, réunis à Warrington, dans le nord de l'Angleterre, ont mis hors de cause les fans, concluant ainsi 27 ans de rebondissements judiciaires. Les jurés se sont montrés très clairs dans la mise en cause de la police, estimant qu'il y avait eu des manquements dans l'organisation de la sécurité autour du match, et pointant une erreur des officiers de service dans la prise de décision, notamment la fatidique ouverture des portes du stade qui avait entraîné la bousculade.

Un stade non conforme. Ils ont enfin mis en cause la construction du stade et le fait qu'il ait été certifié conforme. Le 15 avril 1989, au cours de la demi-finale de la Coupe d'Angleterre entre Liverpool et Nottingham Forest dans le stade de Hillsborough, à Sheffield, dans le nord de l'Angleterre, un mouvement de foule avait entraîné la mort de 96 personnes, compressées contre les grilles aux abords du terrain. Ce drame avait poussé les autorités à changer radicalement les normes de sécurité dans les stades anglais, avec uniquement des places assises, notamment.

800 témoins entendus en deux ans. En 2012, une décision établissant que la catastrophe était accidentelle avait été rejetée à la suite d'une campagne des familles de victimes réclamant une nouvelle enquête. Le jury, réuni la première fois en mars 2014, s'est retiré le 6 avril pour délibérer, après avoir entendu plus de 800 témoins pendant deux ans lors des audiences à Warrington. Cette procédure ne peut déboucher sur aucune sanction ni condamnation. Mais elle peut permettre l'ouverture d'une autre procédure pénale et d'un procès, sur la base des manquements et des dysfonctionnements que les jurés ont constaté.