Dopage : le Tribunal arbitral du sport rejette l'appel des athlètes russes et les prive de Jeux olympiques

  • A
  • A
Dopage : le Tribunal arbitral du sport rejette l'appel des athlètes russes et les prive de Jeux olympiques
L'athlétisme russe est définitivement fixé.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

L'appel des 68 athlètes russes a été rejeté par le Tribunal arbitral du sport. Leur participation aux Jeux olympiques de Rio s'envole.

Les athlètes russes peuvent se faire à l'idée qu'ils n'iront pas aux Jeux olympiques de Rio. L'appel des 68 athlètes russes déposé à la mi-juillet auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) a été rejeté jeudi, privant ceux-ci d'une participation aux épreuves d'athlétisme des Jeux de Rio 2016 dans la délégation russe. La décision de la fédération internationale d'athlétisme (IAAF) de suspendre la fédération russe est donc confirmée, alors que le Comité international olympique (CIO) pourrait suspendre la totalité de la délégation russe dimanche.

"Inéligibles." "Le jury du TAS a confirmé la validité de la décision de l'IAAF selon laquelle des athlètes dont la fédération nationale est suspendue sont inéligibles pour les compétitions tenues sous l'égide de l'IAAF", a déclaré le TAS pour motiver sa décision.

Presque aucun espoir de JO. Toutefois, le TAS a indiqué que le Comité olympique russe (ROC) restait "habilité à sélectionner comme représentants de la fédération de Russie aux Jeux olympiques de Rio les athlètes russes qui remplissent les critères et sont éligibles pour concourir selon (le règlement) de l'IAAF". Mais les critères évoqués sont exceptionnels et ne devraient pas permettre de repêcher les athlètes concernés par la décision du TAS. A ce jour, seules deux athlètes russes, la sauteuse en longueur Darya Klishina et Ioulia Stepanova (800m) ont été repêchées par l'IAAF.

Les rêves de médaille s'envolent. La double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva ne pourra donc pas viser un troisième sacre, comme de nombreux compatriotes. La Russe a réagi à la décision du TAS avec amertume. "Merci d'avoir enterré l'athlétisme", a-t-elle déclaré.

L'IAAF remercie le TAS. Sebastian Coe, président la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a lui "remercié" le TAS pour son "soutien" face au dopage. "Si nous apprécions que nos règles et notre pouvoir à appliquer nos règlements aient été ainsi soutenus, ce n'est pas un jour pour des déclarations triomphantes", a insisté le double champion olympique du 1500 m.

"Une décision politique" selon la Russie. Le Kremlin a immédiatement regretté la décision du TAS par la voix du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. "On ne peut que regretter profondément" cette décision concernant les "athlètes qui n'ont rien à voir avec le dopage", a-t-il déclaré à la presse. Le ministre russe des Sports Vitali Moutko a lui dénoncé une décision "politique" et "sans fondement juridique".

Le CIO a le champ libre. Désormais, les regards sont braqués vers la délégation russe dans sa globalité. Après la publication de l'accablant rapport McLaren par l'Agence mondiale antidopage (AMA), lundi, le Comité international olympique (CIO) va réunir une commission exécutive dimanche et rendra son verdict sur la participation ou non de la délégation russe aux JO de Rio. Cette décision du TAS sera prise en considération par le CIO, qui pourrait priver définitivement les sportifs russes de Jeux olympiques.