Didier Roustan : siffler Neymar, "ça peut être un petit peu exagéré"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Malgré un triplé contre Dijon, l'attaquant du PSG a été sifflé par une partie du Parc des Princes au moment de tirer un penalty pour inscrire son quatrième but. Le public souhaitait voir Edinson Cavani se charger de le transformer.

L'AVIS DE

Sifflé par son propre public après avoir inscrit un triplé. Neymar ne s'y attendait certainement pas mais cela s'est bien produit mercredi soir, à l'occasion du match PSG-Dijon au Parc des Princes. A la 82e minute du match, les Parisiens obtiennent un penalty alors que le score est de 7-0 en leur faveur et que le Brésilien a déjà fait trembler les filets à trois reprises. Le Parc s'attend alors à ce que ce soit Edinson Cavani, auteur du troisième but du PSG (21e) qui se charge de le frapper. L'Uruguayen, qui a égalisé le total de buts de Zlatan Ibrahimovic sous la tunique rouge et bleu (156) avait alors l'occasion de devenir le seul et unique meilleur buteur de l'histoire du club de la capitale.

"Neymar est archi-individualiste." Seulement, l'ancien Barcelonais s'est saisi du ballon pour frapper le penalty, sans demander l'avis de personne alors que les supporters scandaient le nom de Cavani. Une décision restée en travers de la gorge d'une partie du public présent, qui a manifesté sa colère en sifflant le joueur le plus cher de l'histoire, malgré sa prestation cinq étoiles face aux dijonnais. "Je trouve personnellement que Neymar est archi-individualiste", analyse Didier Roustan dans l'émission Y a pas péno ! sur Europe 1.

"Laissons-le mûrir." Neymar "n'est pas classe" ajoute le journaliste, qui estime toutefois que la réaction du public parisien est un peu disproportionnée : "Le penalty, tu peux le laisser à Cavani, tu as déjà marqué trois buts. De là à siffler, ça peut être un petit peu exagéré." Selon lui, "c'était l'occasion" de faire un beau geste et de faire preuve d'élégance. Une occasion que Neymar a manquée, peut-être par manque de maturité : "Laissons-le mûrir. Peut-être que dans deux, trois ou quatre ans il grandira aussi en tant qu'homme." Malgré un palmarès déjà bien fourni, rappelons que Neymar n'a que 25 ans.