Didier Roustan : "Neymar va faire virer Emery"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Neymar bénéficie de nombreux privilèges au Paris Saint-Germain. Et Didier Roustan estime que cela pourrait aller jusqu'à faire partir l'entraîneur.

L'AVIS DE

Recruté en grande pompe par le Paris Saint-Germain cet été, Neymar semble aujourd'hui bénéficier de tous les droits dans son nouveau club. Comme le révèle Le Parisien, consigne a ainsi été passée aux autres joueurs de l'équipe afin d'éviter à tout prix de blesser la star brésilienne à l'entraînement. Logique, sans doute, mais ce n'est pas tout. Selon le portail brésilien UOL, info reprise par L'Équipe, Neymar se serait également plaint auprès de ses coéquipiers de la fréquence et de la longueur des séances vidéo menées par son entraîneur Unai Emery…

"Ça va très, très loin". Selon Didier Roustan, "il y a un problème" avec le statut de Neymar au PSG. "Tous les grands joueurs de ce niveau ont certains privilèges et ça se fait de manière naturelle , avec des partenaires qui sont contents d'avoir un joueur de cette dimension à leurs côtés. Mais pour lui, ça va très, très loin", analyse-t-il dans l'émission Y a pas péno ! sur Europe 1, vendredi.

Si loin que cela pourrait précipiter le départ de l'entraîneur, Unai Emery. "Comme il avait fait virer un entraîneur à Santos, il va faire virer Emery. Je pense que c'est le sens de l'histoire." Au mois de septembre 2010, alors qu'il évoluait encore sous les couleurs du club brésilien de Santos, Neymar avait provoqué le départ de son entraîneur, qui lui avait interdit de tirer un penalty.

"Aucun entraîneur ne peut s'en sortir". Dans le cas où cela devrait se reproduire avec le technicien espagnol, le club de la capitale serait confronté à un autre problème : trouver un autre coach. "Aucun entraîneur ne peut s'en sortir", estime Didier Roustan. En revanche, "sa marge sera plus étroite" si Neymar provoque le départ d'Emery, poursuit-il avant de conclure. "Neymar pourra alors faire ce qu'il veut, jusqu'à un certain point." La seule question aujourd'hui est de savoir à quel moment la limite sera fixée.