Des Japonais sur le maillot du Barça, une révolution économique

  • A
  • A
Des Japonais sur le maillot du Barça, une révolution économique
Rakuten va dépenser plus de 50 millions d'euros par an pour s'inviter sur le maillot du FC Barcelone.@ LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :

Le FC Barcelone, qui a longtemps résisté aux assauts des plus grandes marques, aura bientôt le maillot le plus sponsorisé au monde, avec des contrats à plus de 200 millions d'euros par an.

Un des derniers hauts lieux de la résistance face au foot-business est définitivement tombé. On ne se faisait déjà plus trop d'illusions : voilà 10 ans que le maillot du FC Barcelone n'est plus vierge de sponsor comme la tradition l'a longtemps voulu. Mais ce mercredi, une étape de plus a été franchie : avec un nouveau contrat-record signé avec le groupe japonais Rakuten, en complément de ceux avec Nike et Belko, le club catalan possèdera bientôt le maillot le mieux sponsorisé au monde, à plus de 200 millions d'euros par an (voir encadré). Une petite révolution dont le club s'est largement félicité, à rebrousse-poil d'une "catalanité" souvent brandie en étendard.

"C'est un contrat très important pour le Barça et le club a voulu en faire la démonstration", explique Toni Padilla, chef du service des sports du quotidien catalan Ara. "L'annonce s'est faite dans la plus grande salle du Camp Nou, avec énormément de journalistes, y compris invités depuis le Japon." Les dirigeants du Barça et de Rakuten leur ont présenté "un accord pour quatre saisons, à partir de la campagne 2017-2018, pour un montant de base de 55 millions d'euros par an." La rémunération pourra atteindre les 61,5 millions d'euros en fonction des résultats sportifs du club (et de l'exposition qui en découlera).

De l'Unicef à Rakuten en passant par le Qatar. Le FC Barcelone, qui a enregistré un chiffre d'affaires record de 679 millions d'euros la saison dernière, est ainsi près de doubler les émoluments que lui versait Qatar Airways (35 millions). Depuis 2013, la compagnie aérienne était le premier véritable sponsor à s'afficher sur les maillots blaugrana. Avant, l'Unicef (2006-2010) et la Qatar Foundation (2010-2012) avaient eu droit à cet espace publicitaire, le club catalan mettant en avant la dimension caritative de ces partenariats.

Entendu sur Europe 1
"Ils passaient à côté d'une manne financière exceptionnelle"

"La volonté, au Barça, au Real Madrid ou dans les grandes ligues de sport américaines, était de donner de la valeur au maillot, de lui offrir une certaine pureté, en gardant les sponsors à distance", rappelle Vincent Chaudel, expert au sein du cabinet de conseil Wavestone. "La valeur perdue était récupérée dans les deals avec les équipementiers, qui s'assuraient des ventes de maillots très importantes… Jusqu'au jour où ils se sont rendu compte qu'avec un sport aussi mondialisé, ils passaient à côté d'une manne financière exceptionnelle."

Les supporters se sont fait à l'idée. L'accord doit encore être ratifié par l'assemblée des socios du club, ces supporters-propriétaires qui président aux destinées du club dans un modèle quasi-unique au plus haut niveau du sport mondial. Les dirigeants du Barça ont peu de chances d'être désavoués ; la présence d'un sponsor sur la poitrine semble désormais acceptée par les supporters barcelonais. Certains ont profité de l'occasion pour rappeler que leur club avait "un maillot propre" jusqu'en 2006. Mais les critiques se font rares.

 

Entendu sur Europe 1
"Une entreprise qui vient du Japon, un pays démocratique, est beaucoup mieux acceptée"

"Le Barça n'a pas de propriétaires comme à Manchester City ou au Paris Saint-Germain qui peuvent investir des sommes importantes", justifie Toni Padilla. "L'organisation est donc dépendante de ces accords commerciaux pour payer les salaires de ses joueurs, qui augmentent chaque année, et s'assurer de conserver au club ses plus grands joueurs comme Neymar ou Messi. Les supporters l'ont bien compris." Un sponsor comme Qatar Airways a fait grincer certaines dents "mais une entreprise qui vient du Japon, un pays démocratique, est beaucoup mieux acceptée."

D'autres contrats en attente. "Les socios représentent aussi plus de 20 millions d'euros par an", rappelle Vincent Chaudel. "Avec ce contrat avec Rakuten et les rentrées liées aux socios, le Barça fait donc mieux que Manchester United et les 70 millions de Chevrolet." Et ce n'est pas fini : dans les semaines à venir, de nouveaux accords doivent être conclus avec d'autres partenaires qui pourront s'afficher sur les équipements d'entraînement, ceux de la section féminine ainsi que les équipes de jeunes.

Le Barça au sommet, le PSG encore loin du compte

Le Barça devrait passer en tête du championnat mondial des sponsors grâce à son contrat avec Rakuten à partir de la saison prochaine (au moins 55 millions d'euros par an) et celui avec l'équipementier américain Nike (au moins 150 millions d'euros par saison à partir de 2018).

1. Barcelone : Rakuten (55) + Nike (150) = 205 millions d'euros
2. Manchester United : Chevrolet (67) + Adidas (83) = 150 millions d'euros
3. Chelsea : Yokohama (51) + Nike (66) = 117 millions d'euros
4. Bayern Munich : Telekom (35) + Adidas (60) = 95 millions d'euros
5. Arsenal : Emirates (38) + Puma (34) = 72 millions d'euros
6. Real Madrid : Emirates (25) + Adidas (40) = 65 millions d'euros
7. Manchester City : Etihad (40) + Nike (15) = 55 millions d'euros
8. Liverpool : Standard Chartered (25) + New Balance (30) = 55 millions d'euros
9. Juventus Turin : Fiat (20,4) + Adidas (29,5) = 49.9 millions d'euros
10. Paris SG : Emirates (20) + Nike (20) = 40 millions d'euros