Danemark-France : les Bleus confirment, Giroud savoure

  • A
  • A
Danemark-France : les Bleus confirment, Giroud savoure
@ ODD ANDERSEN / AFP
Partagez sur :

Grâce à un doublé d'Olivier Giroud, les hommes de Deschamps l'ont emporté contre le Danemark (2-1).

Et de quatre pour l'équipe de France ! Après le Portugal, la Serbie et l'Arménie, l'équipe de France a enchaîné une quatrième victoire consécutive, dimanche, contre le Danemark (2-1). Avec une équipe remaniée - sans Benzema, Lloris, Diarra ou Valbuena -, les Bleus n'ont jamais tremblé et peuvent désormais se tourner avec sérénité et envie vers leurs deux prochains matches, contre l'Allemagne et l'Angleterre, en novembre.

Giroud, un doublé en moins de cinq minutes. Il ne fallait pas arriver en retard au Parken Stadium de Copenhague ! Dès la troisième minute de jeu, Olivier Giroud, en difficulté ces dernières semaines, s'est rassuré en trompant, de près, Schmeichel (le fils de son père), auteur d'une faute de main. Rebelote à la 7e, avec un centre fort de Lucas Digne devant le but, une nouvelle fois repris par l'attaquant d'Arsenal, de près. 0-2 en moins de 10 minutes, le match était déjà plié alors qu'il venait à peine de commencer.

martial

Martial, quelle première ! La suite de la première période a d'ailleurs considérablement manqué de rythme, avec des Danois apathiques et des Français manquant de tranchant dans le dernier geste. Heureusement, Martial (et Griezmann, à un degré moindre) était là pour réveiller tout le monde avec ses accélérations fulgurantes. Le jour où ce gamin (photo) terminera aussi bien ses actions qu'il ne les commence, ça va faire mal…

Le retour des Danois, mais... Au retour des vestiaires, changement radical. Sous l'impulsion d'Eriksen et sa technique soyeuse, les Danois ont alors infligé une vraie pression sur le camp tricolore, sans toutefois parvenir à tromper Mandanda. Dominer sans marquer peut souvent s'avérer dangereux. Et la punition a failli être sévère : suite à une très bonne récupération de Matuidi sur la relance danoise, Giroud s'est retrouvé absolument seul face à Schmeichel. Et c'est le gardien danois qui a remporté son duel, la balle piquée de l'attaquant français lui arrivant sur la poitrine. Un mauvais choix de Giroud, qui aurait pu inscrire un triplé, ce qu'aucun bleu n'a fait depuis 15 ans et un certain David Trézéguet...

Le bijou danois. Après cette belle opportunité, les Bleus ont remis le pied sur le ballon et aurait même pu (dû) corser l'addition si Valbuena, Griezmann ou Martial avaient été plus précis dans le dernier geste. Et dans les dernières secondes, c'est au contraire le Danois Sviatchenko qui clôturait le soirée d'une magnifique frappe à l'entrée de la surface, dans la lucarne de Mandanda. Un but pour l'honneur qui ne ternit en rien la prestation française, sérieuse à défaut d'être vraiment enthousiasmante. Et maintenant, place à l'Allemagne et à l'Angleterre !