Lièvremont mise sur l’orgueil

  • A
  • A
Lièvremont mise sur l’orgueil
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Le sélectionneur a reconduit quasiment la même équipe pour défier les Anglais.

Marc Lièvremont a troqué sa vieille barbe de loup de mer contre une fine moustache bien taillée. Le ton n’était plus le même non plus, lundi en conférence de presse. Adieu désespoir, bonjour enthousiasme. Le sélectionneur des Bleus s’est montré rassurant en annonçant sa composition pour défier les Anglais, samedi à Auckland. Il a d’ailleurs souhaité miser sur la continuité. Avec seulement deux changements dans son XV de départ, cette équipe est la plus stable depuis le début du la Coupe du monde. Lièvremont ne veut rien changer et parie sur l’orgueil de ses joueurs.

Oublier le jeu

Jean-Baptiste Elissalde, ancien demi de mêlée du XV de France et actuel entraîneur des lignes arrières du Stade Toulousain, avait raison. Lundi, il confiait à Europe1.fr qu’il "fallait un peu oublier le jeu" et recentrer la préparation sur le "mental". Le sélectionneur des Bleus est visiblement du même avis. "Les contenus, le projet de jeu, on y travaille et on en parle depuis trois mois, j'ai envie de dire que c'est presque accessoire", a-t-il déclaré en livrant une composition quasi-similaire à celle de samedi dernier. Le message est clair : oublier le jeu et retrouver un peu d’orgueil.

Papé
Depuis le tirage au sort des poules de la Coupe du monde, les Bleus étaient quasiment sûrs de jouer les Anglais en quarts de finale. "Tout est travaillé depuis bien longtemps", notait Jean-Baptiste Elissalde. La tactique n’est donc pas le problème. Un sentiment confirmé par Pascal Papé, quelques minutes après son entraîneur en conférence de presse : "le jeu n'est pas notre but premier, notre but premier c'est de retrouver notre agressivité".

La charnière maintenue

Très critiqué pendant les poules pour avoir opéré de nombreux changements à chaque match, Lièvremont a changé son fusil d’épaule. Il a cette fois décidé de reconduire quasiment à l’identique l’équipe secouée, retournée, humiliée par les Tonga, samedi dernier. "L'essentiel est que les joueurs se responsabilisent, échangent", a déclaré le sélectionneur des Bleus. La petite réunion de dimanche avec trois packs de bière aurait-elle eu des effets miracles ? Lièvremont a sa réponse : "je suis quasiment convaincu qu'il y aura mobilisation et réaction".

Pas de changement non plus pour la charnière tricolore. Yachvili-Parra sur le terrain, Trinh-Duc sur le banc. Si le Clermontois, habituel demi de mêlée, a eu quelques idées à l’ouverture contre la Nouvelle-Zélande, sa prestation face aux Tonga a été quasi-nulle. Peu importe là aussi : "il m'a semblé qu'une dynamique s'est installée, qui ne s'est certes pas encore concrétisée sur le terrain mais que je souhaitais prolonger". Autrement dit, Parra n’a pas été bon mais Lièvremont a confiance.

Harinordoquy sonne la charge

Lièvremont a donc opéré deux changements dans son XV de départ. Nicolas Mas, habituel pilier droit titulaire, fait son retour aux dépens de Luc Ducalcon. Harinordoquy, titulaire lors du premier match du Mondial contre le Japon et remplaçant depuis, remplace Raphaël Lakafia au centre de la troisième ligne. C’est le changement le plus important dans le groupe.

France

"Imanol a accepté son sort de remplaçant avec un très bon état d'esprit et il a fait deux rentrées satisfaisantes sur les deux premiers matches". Lièvremont veut s’appuyer sur son état d’esprit : "on voit bien la fragilité de l'effectif et son expérience doit nous permettre d'aller de l'avant, surtout sur un match à fort enjeu et face à un adversaire qu'il connaît bien". Capable de gueuler sur un terrain et de se battre jusqu’au bout, le Basque est déjà motivé : "chacun s'est regardé un peu dans la glace, a balayé devant sa porte. Il faut montrer un autre visage, sortir du terrain samedi la tête haute", a expliqué Harinordoquy.

Lui aussi critiqué, Pascal Papé a été reconduit par Lièvremont. Lui aussi veut se racheter : "l'Angleterre, c'est l'équipe championne du monde en 2003, finaliste en 2007. Ils sont sans doute meilleurs que nous aujourd'hui. En attendant, on va entrer comme sur un ring, avec un gros combat". Et de conclure : "tout le monde pense qu'on va se faire matraquer, on est dans la peau du challenger et on fera tout pour créer une belle surprise".

Le XV de France face à l'Angleterre :

1- Poux, 2 - Servat, 3 - Mas, 4 - Nallet, 5 - Papé, 6 - Dusautoir (capitaine), 7 - Bonnaire, 8 - Harinordoquy, 9 - Yachvili (mêlée), 10 - Parra (ouverture), 11 - Palisson, 12 - Mermoz, 13 - Rougerie, 14 - Clerc, 15 - Médard
 
 Remplaçants : Szarzewski, Barcella, Pierre, Picamoles, Trinh-Duc, Marty, Heymans