Les Anglais en plein scandale

  • A
  • A
Les Anglais en plein scandale
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Avant le quart de finale, le XV de la Rose est secoué par des affaires extra-sportives.

Le "Crunch" de la Coupe du monde ne se prépare pas dans les meilleures conditions. Si la France doit faire face à de gros soucis sur le terrain, l’Angleterre, elle, doit affronter des problèmes extra-sportifs. Et pour cause, quatre joueurs du XV de la Rose auraient adressé des remarques obscènes à une femme de chambre, au début de la Coupe du monde. Une affaire qui ressurgit quelques jours seulement après l’épisode Tindall.

Après les excuses de Tindall

La presse britannique fait ses choux gras depuis samedi de "jeux" à connotation sexuelle du troisième ligne James Haskell, du talonneur Dylan Hartley et de l'ailier Chris Ashton. Ce qui pour eux n’était qu’une "plaisanterie" fait également scandale en Nouvelle-Zélande. Selon des révélations du Sunday Mirror, les trois joueurs auraient en effet réclamé à une femme de chambre un "baiser australien", comprenez une fellation. Tout ça sous l’œil de la caméra tenue par Dylan Hartley. Une affaire très embarrassante pour les Anglais.

Le sélectionneur anglais était très attendu dimanche en conférence de presse. Pendant 30 minutes, Martin Jonshon est revenu sur ces incidents extra-sportifs. Il a annoncé avoir réprimandé James Haskell, Dylan Hartley et Chris Ashton. "Je leur ai fait comprendre que leurs actes avaient des répercutions. Ce qui signifie que l'on parle de ça alors qu'on devrait parler de rugby", a-t-il confié, visiblement très agacé.

Les joueurs sont solidaires

Lundi, l'ailier anglais Mark Cueto a tenu, lui, à défendre le comportement des joueurs du XV de la Rose. "Dans n'importe quel autre pays, cela n'aurait eu aucune importance. Mais chez nous, ça prend d'énormes proportions". Et de lancer aux journalistes : "vous devez passer à autre chose, écrire sur autre chose". 

Il y a quinze jours, c’est Mike Tindall, qui avait été épinglé par la presse néo-zélandaise. Des caméras de vidéosurveillance d’un bar de Queenstown l’avaient pris la main dans le sac, en compagnie d’une inconnue. Ces images étalées à la Une de nombreux journaux anglais avaient crée un scandale au Royaume-Uni. Et pour cause, le centre de Gloucester s’était marié en grande pompe l'été dernier à Zara Phillips, la petite fille de la reine Elizabeth II.

Mike Tindall avait essayé d'apaiser la polémique en déclarant être rentré seul le soir où les photos avaient été prises. Mais de nouvelles révélations et des images tirées de caméras de sécurité avaient contredit les propos du joueur. Dimanche, le centre du XV de la Rose a arrêté de nier les faits et il s’est excusé publiquement en conférence de presse. "Sa reconstitution des événements de cette soirée-là était inexacte et il a publié un communiqué pour demander pardon. Il n'a voulu tromper personne", a assuré son entraîneur, Martin Johnson.