J’ai testé (et raté) pour vous le Haka

  • A
  • A
J’ai testé (et raté) pour vous le Haka
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Europe1.fr a essayé de reproduire la célèbre danse des All Blacks. 

Mondial néo-zélandais oblige, c’est Haka à tous les repas. Des hommes d'affaires à la sortie de leur travail qui s'essaient à la traditionnelle danse maori en passant par des flash mobs improvisées dans les rues d'Auckland jusqu'aux All Blacks eux-mêmes, tout le monde fait son Haka. Europe1.fr a donc décidé de ne pas rester sur la touche. A la manière d'un jeune fan de rugby qui tente de reproduire maladroitement cette danse devant sa télé, on s’est essayé, nous aussi, au Haka !

Une gestuelle pas évidente, évidente…

Bon, autant vous le préciser tout de suite, on adore le sport sur Europe1.fr mais à côté de Dan Carter ou de Sony Bill Williams (leur photo ici), oui, on doit le concéder, on souffre un peu (juste un peu) de la comparaison. Mais qu’importe, après une bonne séance vidéo et une heure à déchiffrer les paroles, on se lance.

D’abord, la gestuelle. C’est un peu comme le rock, la salsa, le tango ou n’importe quelle autre danse, si vous n’êtes pas à l’aise dans la gestuelle, vous êtes rapidement ridicule. Alors ce Haka ? Après avoir poussé un bon cri bien viril, fléchissez et croisez les bras l’un au-dessus de l’autre. Prenez ensuite une respiration assez longue, histoire d’impressionner l’adversaire. Après un léger balancé de haut en bas dans cette position, faut-il le reconnaître, assez inconfortable, vous pouvez commencer à taper très fort sur vos cuisses. Oubliez les éventuelles marques rouges et tapez bien fort. Il faut que ça résonne.

A ce stade-là, un petit exemple s’impose :

Après les cuisses, frappez vos pectoraux. Ça fait un peu mal mais ça en jette. Ensuite, c’est là que ça se complique. Même assez primaire, le Haka a quand même son petit passage périlleux. Vous savez, celui où vous risquez de vous ridiculiser le plus. D’abord les bras vers le ciel, puis vous lancez très vite votre bras droit, puis le gauche entre les jambes. Et clou du spectacle, le moment à ne surtout pas louper : vous cogner violemment vos coudes deux fois de chaque côté avant de frapper une dernière fois sur vos cuisses.

Ka mate, Ka mate quoi ?

Haka-2
Après la gestuelle, les paroles. Et là, pour ne rien vous cacher, on a échoué lamentablement. On a pourtant retenu sans trop de problème le poème de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose. On serait peut-être même capable de vous ressortir sans trop de difficulté le Corbeau et le Renard sur le bout des doigts, mais le Haka… Il faut dire qu’on maîtrise mal le dialecte maori. Pour vous donner un exemple, voici le début des paroles : "Ringa pakia, Uma tiraha, Turi whatia, Hope whai ake, Waewae takahia kia kino". On a pas réussi à aller plus loin. 

Comme on a un peu trébuché sur les paroles, on a fait simple et on a tout misé sur le refrain. Devant notre télé et en suivant des yeux les maîtres (le XV néo-zélandais), on a récité un bon yaourt. Souvenez-vous de votre dernière soirée karaoké et vous comprendrez rapidement le ridicule de la situation. On a ensuite frappé fort sur nos cuisses en attendant le refrain. Mais à allier la parole au geste, on a en perdu notre maori. Fiasco assuré.

On préfère vous épargner et on a donc évité de filmer la scène. Mais pour vous consoler, voici une sélection de nos chouchous : 

1. Le touriste américain, en solo, à Times Square, à New York (la vidéo ici)

2. La flash mob version Haka, à Barcelone (la vidéo ici

3. Des jeunes dans une galerie commerciale, en Nouvelle-Zélande (la vidéo ici)

4. Le Haka "talons aiguilles" (la vidéo ici)

5. Une dernière version dans un magasin de sport français (la vidéo ici)