Bonnaire coupable d’une fourchette ?

  • A
  • A
Bonnaire coupable d’une fourchette ?
@ New-Zealand Herald
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Le troisième ligne tricolore est accusé d’avoir commis un mauvais geste.

La France est l’ennemi public numéro un en Nouvelle-Zélande depuis le début de la Coupe du monde. Après les éliminations en 1999 et 2007, les Blacks ont pris en grippe les Bleus. Juste avant la rencontre entre les deux équipes, la presse néo-zélandaise avait accusé Marc Lièvremont de ne pas aligner son équipe type, la semaine dernière. Nouvelle polémique cette fois autour d’un mauvais geste. Le journal New-Zealand Herald accuse le troisième ligne français d’avoir commis un mauvais geste pendant le match de samedi dernier.

Une photo comme maigre preuve

Tout part en fait d’un cliché. Le journal a publié jeudi une image de Julien Bonnaire à la lutte avec Richie McCaw, le capitaine des Blacks. Pour ce quotidien, aucun doute possible, le Clermontois a agressé le joueur néo-zélandais, commettant une "fourchette", geste particulièrement violent et généralement très sévèrement sanctionné par les arbitres.

Quand on scrute la photo et qu’on s’arrête sur les détails, on s’aperçoit en fait que les doigts de Julien Bonnaire sont effectivement posés sur le visage de Richie McCaw mais pas sur les yeux. Toujours est-il que le journal n’a pas lésiné sur les insinuations. Jugez plutôt avec le titre de Une : "We're too clean, claim French"  (Nous sommes trop clean, clament les Français). Une ironie pas vraiment du goût des joueurs tricolores.

Les Bleus prennent sa défense

Bonnaire-2
Les joueurs du XV de France ont immédiatement réagi à cette nouvelle polémique. Aurélien Rougerie n’a pas hésité à défendre son coéquipier : "je comparerais ce journal à notre Voici ou notre Gala. Ils n'ont que ça à faire". Et d’affirmer : "je n'ai jamais vu Julien Bonnaire faire ce genre de geste en match international ou en Top 14. C'est improbable. Il y a certainement de l'aigreur, de la rancune derrière tout ça.".

Dimitri Swarzeski, lui, n’aime pas trop ce genre d’affaires : "il faut être prudents. L'image ne montre rien, mais j'ai connu l'affaire Attoub au stade Français… " En janvier 2010, la commission de discipline avait infligé une peine de 70 semaines au pilier du Stade Français, David Attoub, coupable d’une "fourchette" sur Stephen Ferris. Mais que Julien Bonnaire se rassure, il ne risque rien. Les Blacks avaient 36 heures pour interpeller la commission de discipline de la Coupe du monde. Même s’il y avait eu mauvais geste, il y a prescription.