Coupe du monde de rugby : pour l'Afrique du Sud, "c'est horrible"

  • A
  • A
Coupe du monde de rugby : pour l'Afrique du Sud, "c'est horrible"
Schalk Burger, le joueur des Boks (à gauche), a partagé son immense déception à la fin de la rencontre. @ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Les joueurs des Springboks ont eu énormément de mal à digérer la courte défaite contre les Blacks (20-18), en demi-finale du Mondial. 

Pour les Sud-Africains, le bonheur a tenu à deux malheureux points. Les Springboks ont été battus sur le fil par les All Blacks, samedi soir, en demi-finale de la Coupe du monde de rugby (20-18). Sous la pluie de Twickenham, les joueurs sud-africains, admirables de courage durant toute la partie, ont versé un torrent de larmes après le coup de sifflet final, terrassés par la déception. "C'est horrible", a résumé Schalk Burger, le troisième-ligne de l'Afrique du Sud. 

"C'était un match dur". "C'était un match dur, où les Néo-Zélandais se sont avant tout efforcés de privilégier l'occupation de notre camp. Et malheureusement nous perdons de deux points", a déploré le joueur des Boks, avant de tenter d'expliquer les raisons de cette courte défaite. "C'est vrai que nous avons perdu de nombreux ballons en touche mais ce n'est pas l'unique raison de notre défaite. Il y en a d'autres. Par exemple, j'ai perdu un ballon dans nos 22 mètres et derrière, on prend un essai. Et puis il y a ce drop réussi par Dan Carter à un moment très important qui a permis aux All Blacks de rester dans le match", se désole-t-il.

"Un joli redressement". "Voilà... C'est dur. Mais je pense que plus tard, on pourra se dire qu'on a réussi quelque chose de beau, un joli redressement", a conclu Schalk Burger. En effet, après la défaite surprise face au Japon (34-32), lors du premier tour, peu de bookmakers étaient prêts à parier sur un tel parcours des Boks. Les partenaires de Bryan Habana ont su pourtant se défaire du pays de Galles, en quarts de finale, dans la douleur (23-19). Mais face aux All Blacks, il aura manqué un zeste de folie aux Sud-Africains pour créer un retentissant exploit.