Coupe du monde de rugby à VII : les Françaises s'inclinent en finale

  • A
  • A
Coupe du monde de rugby à VII : les Françaises s'inclinent en finale
Les Néo-Zélandaises ont marqué cinq essais contre la France. @ Mark RALSTON / AFP
Partagez sur :

Les Black Ferns, tenantes du titre, ont remporté la Coupe du monde après leur victoire 29 à 0 contre les tricolores. Elles ont inscrit cinq essais. 

La marche était trop haute. L'équipe de France féminine de rugby à VII, sensation de la Coupe du monde, n'a rien pu faire en finale face à l'ogre néo-zélandais, vainqueur 29-0 samedi à San Francisco. Les Black Ferns conservent le titre acquis à Moscou en 2013 et peuvent déjà se projeter sur l'or olympique qui leur est promis en 2020 à Tokyo. En 2016 à Rio de Janeiro, elles l'avaient laissé filer au profit de l'Australie.

Cinq essais des Néo-Zélandaises. Les Françaises, elles, n'ont pas vraiment de regrets à avoir sur cette finale tant leur défense acharnée n'a pas empêché leurs adversaires de marquer cinq essais. L'équipe de Fanny Horta gardera un souvenir émerveillé de l'aventure californienne, marquée par deux magnifiques succès sur le Canada en quarts (24-19) et l'Australie en demie (19-12), les deux autres grandes nations du circuit sur lesquelles elle butait jusqu'ici.

Portia Woodman meilleure joueuse du monde. Pour prendre le dessus sur Portia Woodman, il faudra en revanche repasser. La meilleure joueuse du monde a été plutôt bien tenue par la défense française, à l'image de ce ballon chipé par Chloé Pelle ou de ce sauvetage in extremis de Camille Grassineau en fin de match. Mais elle a tout de même inscrit un essai (6ème) en résistant au plaquage de Fanny Horta sur une contre-attaque initiée par la capitaine Sarah Goss.

Un triplé de Michaela Blyde. L'attention portée par les Françaises à Woodman a peut-être aussi permis à Michaela Blyde d'avoir plus d'espaces : la n°6 a été la femme du match avec un triplée (2ème, 14ème et 16ème). Blyde a aussi lancé Tyla Nathan-Wong vers un 3ème essai néo-zélandais qui a enterré les espoirs français en fin de première période après une belle résistance défensive.