VIDÉO - L'Argentine, patrie des "coups du foulard"

  • A
  • A
VIDÉO - L'Argentine, patrie des "coups du foulard"
@ REUTERS
Partagez sur :

TANGO - Les joueurs de l'Albiceleste ont gratifié les spectateurs d'Argentine-Bosnie, dimanche soir, de deux superbes gestes techniques.

Les Argentins sont des esthètes du ballon rond. Et il n'y a pas que Diego Armando Maradona ou Lionel Messi qui sont capables de petites douceurs footballistiques. Preuve en est le match du premier tour de la Coupe du Monde, dimanche soir, entre l'Argentine et la Bosnie (2 à 1). Deux joueurs de l'Albiceleste ont réalisé deux "coups du foulard", un geste technique bien connu des amateurs de football. Appelé aussi "rabona", il consiste à frapper la balle derrière sa jambe d'appui, généralement pour centrer ou passer en phase offensive.

L'amour du risque. Mais le défenseur argentin Marcos Rojo a innové en réalisant un "coup du foulard" à la 51e minute pour dégager son camp, en pleine surface de réparation. Une performance rendue encore plus incroyable par le pressing de deux attaquants bosniens, venus à sa rencontre pour tenter de lui prendre le ballon. Heureusement pour lui, Rojo a réussi son geste, plein de malice et de talent, mais ô combien dangereux. Pas certain que ses coéquipiers et son entraîneur aient apprécié la prise de risque.

Puis 20 minutes plus tard, à la 71e minute, alors que le score était de 2 à 0 pour l'Argentine, un autre artiste est entré en scène. Il s'agissait cette fois-ci du milieu de terrain du Real Madrid, Angel di Maria. Mais cette fois, pas d'imprudence. L'Argentin a passé avec une "rabona" à un de ses coéquipiers, dans le camp de la Bosnie.

Mais, malgré ses deux magnifiques "coups du foulard", les Argentins ont été loin de réaliser un grand match. Au final, les coéquipiers de Lionel Messi ont tout de même remporté leur premier match du Mondial face à la Bosnie (2-1).

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

MONDIAL - L'Argentine gagne sans convaincre

CLASSEMENT - L'Argentine vire en tête

FRANCE-HONDURAS - Le départ rêvé des Bleus