Le Chili élimine l'Espagne, tenante du titre

  • A
  • A
Le Chili élimine l'Espagne, tenante du titre
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le Chili a battu (2-0) l'Espagne, éliminée de la compétition dès la phase de groupes.

L'action Playstation* : En un éclair et un but splendide, le Chili a précipité la chute de l'Espagne de son trône, mercredi, au stade Maracana de Rio... Sur un ballon perdu au milieu du terrain par Xabi Alonso, Alexis Sanchez remet sur un pas à Arturo Vidal. Le joueur de la Juve trouve Sanchez, qui sert dans la profondeur Charles Aranguiz. Le milieu de terrain de l'Internacional Porto Alegre remet en retrait à Eduardo Vargas, lequel se joue d'Iker Casillas avant de devancer Sergio Ramos pour ouvrir le score d'un petit coup de patte (1-0, 20e). Superbe.

La cacahuète : Passeur décisif sur le premier but, Charles Anranguiz a inscrit le deuxième d'une frappe flottante, le long du poteau gauche, après un dégagement manqué des deux poings de Casillas... Menée 2-0 juste avant la pause, l'Espagne championne du monde est déjà K.-O. Et le Chili sur la voie royale des huitièmes de finale...

Le loser : Malgré son match médiocre face aux Pays-Bas, Iker Casillas était à nouveau titulaire dans le but espagnol. Mais il ne fut pas plus en réussite. Mal inspiré sur le premier but, où il aurait sans doute dû aller au sol pour contrer Vargas, il a ensuite manqué son dégagement sur le deuxième but. "San Iker" va garder un souvenir amer de sa 17e apparition en Coupe du monde, nouveau record pour un joueur espagnol...

Celui qui aurait dû rester chez lui : Né à Lagarto au Brésil, Diego Costa aurait pu jouer pour la Seleçao. Mais il a opté pour l'Espagne. Le Maracana s'en est souvenu et l'a sifflé lors de chacune de ses touches de balle. L'attaquant de l'Atlético Madrid a souvent paru emprunté et a manqué une belle occasion, à la 49e minute de jeu, sa frappe étant déviée par la défense chilienne. Comme face aux Pays-Bas, Diego Costa a quitté le terrain à l'heure de jeu, sous une bronca. Le choix de sélection de Diego Costa est d'autant plus cruel que le Brésil, de son côté, n'a pas trouvé d'avant-centre digne de ce nom, ni Fred ni Jo n'ayant convaincu. Diego Costa et le Brésil, un rendez-vous manqué.

Diego Costa face au Chili (930x620)

© REUTERS

Le (presque) caviar : Cela aurait pu être "la" passe décisive de cette Coupe du monde. Sur un ballon boxé par le portier chilien, Diego Costa s'est signalé (enfin) par un retourné effectué sur le côté droit. Cela a failli se transformer en passe décisive pour Sergio Busquets mais le milieu de terrain du Barça a fait preuve d'une grande maladresse en reprenant le ballon de la cheville. Ce sera l'une des seules occasions franches de l'Espagne, qui a rapidement baissé les bras en seconde période.

Ceux qui sont restés sur le banc : Eux sont venus mais on ne les a pas vus. Mis au piquet après leur performance face aux Oranje (1-5), Gerard Piqué et Xavi sont restés sur le banc de touche, tout comme Cesc Fabregas, qui était pourtant le premier choix en attaque lors de l'Euro 2012, dans ce fameux rôle de "faux n°9". Le temps passe...

*Voir la "bible" d'Europe1.fr en short

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INCIDENT - Des supporters chiliens forcent l'accès au stade

FOCUS - Espagne-Chili : la Roja peut-elle se relever ?

FOCUS - Cinq choses à savoir sur Espagne-Chili