Le Brésil bute sur le Mexique et Ochoa

  • A
  • A
Le Brésil bute sur le Mexique et Ochoa
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Les Brésiliens et Neymar ont été tenus en échec par le Mexique, mardi (0-0).

Celui qui a bien mérité sa douche : Il y avait la parade de l'Anglais Gordon Banks face à Pelé lors de la Coupe du monde 1970, il y aura désormais celle de Guillermo Ochoa face à Neymar lors de ce Brésil-Mexique du Mondial 2014 (0-0). Sur un centre venu de la droite de Daniel Alves, son coéquipier à Barcelone a catapulté une tête dans le soupirail du but de "Memo" Ochoa. Mais le désormais ancien portier de l'AC Ajaccio s'est magnifiquement détendu et a sorti le ballon, sur sa ligne, comme l'a montré ensuite le ralenti de la "goal line technology".



Ligne de but (930x310)

© Capture d'écran TF1

Mais Ochoa n'a pas fait que ça. Il a mis en échec Paulinho, de près, juste avant la pause (44e), puis une deuxième fois Neymar, en deuxième période, sur une frappe à bout pourtant, repoussant le cuir de la (69e). Il a enfin sorti un autre arrêt réflexe d'anthologie sur une tête de Thiago Silva (86e). Ochoa, l'homme par qui ce 0-0 est arrivé.



Le caviar : Cela aurait pu être "la" passe décisive de ce début de Coupe du monde. Sur un long coup franc (44e), le capitaine de la SeleçaoThiago Silva a remis de la poitrine vers Paulinho qui, seul face à Ochoa, n'est pas parvenu à pousser le ballon au fond des filets.

La biscotte : Thiago Silva n'est pas seulement un artiste du ballon rond. Il est également capable de mettre de l'impact dans les duels. Voire trop d'impact. Le défenseur du PSG s'est ainsi fendu d'un tacle très en retard sur le nouvel entrant, le Mancunien "Chicharito" Hernandez qui aurait pu lui valoir bien plus qu'un avertissement (79e)... 

"Chicharito" Hernandez (930x620)

© Capture d'écran TF1


Les cacahuètes : Après avoir fait le dos rond dans le premier quart d'heure, le Mexique est sorti de sa coquille et s'est créé plusieurs situations chaudes, essentiellement sur des frappes de loin. Hector Herrera a vu son tir claqué au-dessus de la barre par Julio Cesar (23e) tandis que celle de José Vasquez a flirté avec le montant gauche du portier brésilien (41e). Les deux milieux de terrain ont remis ça en deuxième période, sans parvenir à accrocher le cadre (55e puis 57e minutes), tout comme Andres Guardado, en fin de match (89e).

Le geste technique : A l'instar de Fred lors du match face à la Croatie, Marcelo a tenté d'obtenir un penalty en s'écroulant dans la surface de réparation après un contact bras-épaule avec le Mexicain Raul Jimenez. Mais, cette fois, l'arbitre de la rencontre, le Turc Cüneyt Cakir, n'a pas bronché. Et le Brésil n'a pas gagné...

L'atout charme : Neymar n'est pas superstitieux. Malgré la réussite qu'il a connue lors de la première rencontre face à la Croatie (avec un doublé), l'attaquant de la Seleçao affichait une toute nouvelle coupe de cheveux, mardi, face au Mexique : toujours ébouriffée, mais désormais avec des mèches teintes en jaune (ou en blanc on ne sait pas trop). Son coéquipier au Barça, Daniel Alves, avait lui aussi opté pour une teinture.

Neymar face au Mexique (930x310)

© REUTERS

Le chant : Loin de l'ambiance presque feutrée du match d'ouverture à Sao Paulo, le Castelao de Fortaleza a fait la fête à la Seleçao, avec un hymne national repris a capella dans une belle ferveur. Et le match s'est déroulé dans une ambiance festive, les supporters mexicains apportant leur écot à cette magnifique atmosphère.

Kobe Bryant au Brésil (930x310)

© Capture d'écran TF1

Le people : Le soccer intéresse les stars de la NBA. Dimanche soir, on a vu LeBron James tweeter son soutien à la sélection américaine, quelques minutes avant le coup d'envoi de Ghana-Etats-Unis (1-2). Et, lundi soir, c'est Kobe Bryant, sextuple champion NBA avec les Lakers (ici à gauche), qui avait pris place dans les tribunes du Castelao.

*Voir la "bible d'Europe1.fr en short

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

WANTED - Un trafiquant de drogue arrêté avant Brésil-Mexique

STATS EXPRESS - Cinq choses à savoir sur Brésil-Mexique

FOCUS - Les cinq atouts du Mexique pour battre le Brésil