L’Uruguay vit très mal la sanction de Suarez

  • A
  • A
L’Uruguay vit très mal la sanction de Suarez
Luis Suarez est soutenu par les autorités de son pays.@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

MOBILISATION - La ministre uruguayenne des Sports va rencontrer son président pour évoquer le cas de l’attaquant de la Celeste.

L'INFO. La Coupe du Monde est terminée pour Luis Suarez. L'attaquant de l'Uruguay a été suspendu 9 matches et de 4 mois "de toutes activités liées au football" par la FIFA. Le buteur de la Celeste s'est rendu coupable d'avoir mordu le défenseur italien Giorgi Chiellini lors du match du Mondial contre la Squadra Azzurra, le 24 juin dernier (victoire 1-0). Une décision que n’accepte pas le gouvernement de son pays. Quant à Luis Suarez, il n'a même pas le droit de rester au camp de base de l'Uruguay avec ses copains.

Le président va se pencher sur le cas Suarez. La ministre des Sports de l'Uruguay Liliam Kechichiana a estimé jeudi que la Fifa avait pris une sanction "disproportionnée" contre Luis Suarez, suspendu pour neuf matches et quatre mois d'activités liées au football pour avoir mordu un défenseur italien au Mondial. "Nous sommes blessés par la sanction disproportionnée", a écrit la ministre sur son compte Twitter, indiquant qu'elle rencontrerait dans la journée le président de la République José Mujica pour analyser la situation.

La fédération uruguayenne fait appel. Ce dernier s'est déjà exprimé sur le sujet : "moi, je ne l'ai vu mordre personne, mais ils se donnent des coups de pied et des coups très forts. Et ils les encaissent", a expliqué Mujica à des journalistes, ajoutant que l'attaquant uruguayen était "un excellent joueur". Un peu plus tôt, le président de la Fédération uruguayenne (AUF) avait souligné qu'il "n'y avait pas de preuve suffisante" pour le sanctionner.

Et mercredi, Wilmar Valdez, le président de l'AUF a annoncé qu’il allait faire appel de cette décision. "Je respecte la décision mais elle est totalement exagérée", a-t-il ajouté. Cet appel n'est pas suspensif. "C'est un sujet très compliqué pour nous. Il n'y a pas de preuve évidente pour prendre une sanction si dure. Nous avons dit au président de la Fifa que l'Uruguay ne demande aucun privilège (...). Nous avons vu des matches plus agressifs et la Fifa n'a pas réagi avec autant de sévérité", a poursuivi le président de la fédé.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

L'INFO - Suarez, le "cannibale", suspendu 9 matches

JACKPOT - Ils avaient parié sur la morsure de Suarez

COUP DE PUB - Quand McDonald's se moque de Suarez

DISCIPLINE - Que risque vraiment Suarez ?

PARODIES - Le web a la dent dure contre Suarez

EXPLICATION - Suarez : "je bute contre son épaule"