Mondial : Scolari ne démissionnera pas

  • A
  • A
Mondial : Scolari ne démissionnera pas
@ REUTERS
Partagez sur :

POSTE - Le sélectionneur brésilien a remis son sort entre les mains de la Fédération.

Droit dans ses baskets.La nouvelle défaite cuisante subie samedi à domicile, contre les Pays-Bas, lors de la "petite finale" du Mondial (0-3), quatre jours après le 7-1 enregistré face à l'Allemagne en demi-finales, n'a rien changé. Le sélectionneur du Brésil, Luiz Felipe Scolari, a affirmé qu'il ne démissionnerait pas. "Moi, je regarde les côtés positifs", a-t-il insisté, cité par L'Equipe. "Nous n’étions pas dans les quatre premiers en 2006 ni en 2010, nous le sommes en 2014. L’objectif a donc été atteint. En un an, on vient quand même de gagner une Coupe des Confédérations et de finir parmi les quatre meilleures équipes du monde. Dans chacun de nos matches, il y aura eu des moments très bons." Visiblement, pas de quoi, selon lui, quitter son poste de sélectionneur de la Seleçao.

"Je ne vais pas pas parler de mon avenir." "C'est au président d'en décider", a-t-il insisté. "Nous allons lui remettre un rapport final et c'est à lui d'analyser ce qui a besoin d'être fait." "Felipao", champion du monde avec la Seleçao en 2002, avait repris en main la sélection en novembre 2012. Il avait notamment conduit le Brésil à la victoire en Coupe des confédérations, l'an dernier. Son contrat expire à la fin de ce Mondial mais il a laissé entendre ces derniers jours qu'il pourrait rester jusqu'à la fin de l'année. "Je ne vais pas parler (de mon avenir) avec vous (la presse). Gagner ou perdre, voilà ce que nous aurions dû faire", a conclu Scolari. Le problème est que le Brésil a conclu sa campagne avec deux défaites et dix buts encaissés pour un seul marqué.

Le soutien de Neymar. La Fédération brésilienne aurait déjà commencé à prendre des contacts avec des techniciens reconnus. Mais "Felipao" n'a peut-être pas dit son dernier mot. Samedi, il a reçu le soutien relativement inattendu de Neymar, qui est venu le saluer en pleine conférence de presse. Et, au Brésil, Neymar, malgré son jeune âge, pèse déjà d'un certain poids...

>>> A lire aussi : le Brésil a encore eu tout faux

>>> A lire aussi : Brésil-Pays-Bas : le "petit" match de l'arbitre

>>> A lire aussi : Thiago Silva/David Luiz, peur sur le PSG