Brésil-Pays-Bas : le "petit" match de l'arbitre

  • A
  • A
Brésil-Pays-Bas : le "petit" match de l'arbitre
L’arbitre de la rencontre, l’Algérien Djamel Haimoudi@ Reuters
Partagez sur :

L’homme en noir a multiplié les erreurs de jugement flagrantes.

La Coupe du monde du Brésil a commencé par un penalty inexistant accordé à Fred. Elle s’est terminée par un penalty valable refusé à Oscar. Contre les Pays-Bas, lors de la "petite finale", la Seleçao a été surclassée. Mais l’arbitre de la rencontre, l’Algérien Djamel Haimoudi, est lui aussi passé à côté de son match.

>> A LIRE AUSSI : Le Brésil boit le calice jusqu'à la lie

Un carton rouge oublié. Le premier arbitre de la Confédération africaine de football (CAF) à arbitrer un match pour la 3e place en Coupe du monde n’a pas mis bien longtemps à se mettre en évidence. Après moins de deux minutes de jeu, Robben s’échappe et est séché par Thiago Silva, en position de dernier défenseur. Contre toute attente, l’homme en noir n’inflige qu’un simple carton jaune au capitaine du Brésil. Et, tout aussi surprenant, il accorde un penalty - qui sera transformé par Van Persie - alors que la faute était clairement en dehors de la surface.

Un hors jeu non sifflé. Déjà la tête dans le sac, la Seleçao coule encore un peu plus quand Blind corse l’addition à la 17e minute de jeu (2-0). Mais sur l’action qui a amené ce but, De Guzman, l’auteur du centre décisif, était en position de hors jeu…

Un penalty oublié. En l’absence de Neymar, forfait sur blessure, Oscar a (cette fois) tenu son rang. Le meneur de jeu brésilien aurait même pu - comme contre l’Allemagne - sauver l’honneur de son équipe. A la 68e, sa pénétration balle au pied dans la surface de réparation est parfaite. La faute de Blind, qui le fait trébucher en tendant la jambe, est flagrante. Pas pour Djamel Haimoudi qui siffle… une simulation du joueur de Chelsea, avant de lui infliger un carton jaune.

Preuve supplémentaire de l’intervention litigieuse du milieu de terrain néerlandais, il est obligé de céder sa place, blessé sur l’action. Et on ne vous parlera pas de la main litigieuse de Vlaar dans sa surface de réparation…