Vahid Halilhodzic, la poigne de l'Algérie

  • A
  • A
Vahid Halilhodzic, la poigne de l'Algérie
@ REUTERS
Partagez sur :

POIGNE – Le sélectionneur des Fennecs, réputé pour son intransigeance, va tenter de qualifier l'Algérie pour le premier huitième de finale de Coupe du Monde de son histoire.

>>> Algérie-Belgique, mardi soir à 18h, à suivre sur Europe1.fr

C'est la rencontre de deux opposés : le feu et la glace, la passion et la raison, la ferveur et la rigueur. Il n'était pas écrit que Vahid Halilhodzic et l'équipe nationale d'Algérie s'unissent pour découvrir le grand frisson d'une Coupe du Monde au Brésil. Pourtant, entre son arrivé à la tête des Fennecs en juin 2011 et le 19 novembre 2013, le soir où tout un peuple a exulté et fêté ses héros, vainqueurs du match retour des barrages face au Burkina Faso (1-0), Vahid Halilhodzic a révolutionné l'équipe d'Algérie. Retour sur la méthode de "coach Vahid" appliquée aux Fennecs.

vahiddiscours

© REUTERS

Nouvelles règles. Quand l'entraîneur bosnien arrive à la tête des Fennecs en juin 2011, rien ne va plus. "La sélection était dans un état pitoyable. Il a récupéré une équipe en ruines", raconte Nabil Djellit, journaliste à France Football spécialisé dans le football maghrébin. L'Algérie sort meurtrie d'une défaite 4 buts à 0 à Marrakech, face au rival marocain. Une humiliation qui pousse l'ancien entraîneur du PSG à changer les règles de vie de la sélection. Nabil Djellit explique : "Il a tout repris de zéro. Il a imposé des règles de vie très strictes et une discipline de fer. C'est le même Vahid qu'on connaît en France". L'ancien gardien du PSG, Jérôme Alonzo, qui a évolué sous ses ordres de 2003 à 2005, confirme :  "Avec Vahid, on n'est pas au club Med. On arrive une heure avant l'entraînement, et on part une heure après. C'est dur avec lui, mais c'est le sport de haut niveau."

vahidcrie

© REUTERS

Marcher au pas. Halilhodzic est donc un entraîneur de tempérament, avec un caractère et des idées bien affirmées. Alors parfois, ça fait des étincelles. Ainsi, plusieurs joueurs algériens seront bannis pour ne pas avoir respecté les règles de coach Vahid. Parmi eux : le meneur de jeu de Bastia, Ryad Boudebouz, écarté pour raisons disciplinaires. "Mais tous les entraîneurs qui réussissent ont ces ingrédients. Regardez Claude Onesta avec l'équipe de France de handball, il a su imposer une discipline et tout gagner. Si il n'y a pas de rigueur, vous n'arrivez à rien", plaide Jérôme Alonzo. Puis l'ancien gardien du PSG poursuit : "Il faut adhérer à ses méthodes, sinon vous n'y arrivez pas. Mais il ne faut pas réduire Vahid à sa rigueur."

Du sang neuf. Le sélectionneur algérien est aussi un tacticien qui a opéré un changement radical de génération chez les Fennecs. "Il a lancé beaucoup de jeunes joueurs, comme l'ailier de Valence, Sofiane Feghouli. Aujourd'hui c'est une équipe très jeune, au milieu de terrain il y a par exemple Nabil Bentaleb, qui vient à peine d'avoir 19 ans", constate Nabil Djelit. Autre choix fort du sélectionneur algérien : imposer deux attaquants sur lesquels peu de gens misaient. "Aujourd'hui, Slimani et Soudani sont devenus incontournables. Du coup, l'équipe d'Algérie marque plus qu'avant", précise Khaled Karouri, journaliste à Foot Mercato. Lors des deux derniers matches amicaux, les Fennecs se sont imposés face à l'Arménie (3-1) et contre la Roumanie (2-1).

vahidpresse

© REUTERS

Dernière danse. Tout semble aller pour le mieux pour la sélection algérienne. Mais Vahid Halilhodzic entretient, comme en France, des relations orageuses avec les médias. "Il est têtu, arrêté sur ses idées. Et en Algérie beaucoup de gens lui reprochent de parler davantage avec la presse étrangère qu'avec la presse locale", constate Nabil Djelit. Une situation rendue encore plus explosive par la situation contractuelle du sélectionneur. En effet, Vahid Halilhodzic n'a toujours pas prolongé son contrat et devrait quitter les Fennecs après la Coupe du Monde. "Tout le monde sait que Christian Gourcuff, l'ancien coach de Lorient, sera le nouvel entraîneur. Vahid peut sortir par la grande porte si il atteint les huitièmes de finale", précise Khaled Karouri. Car en trois Coupes du monde, en 1982, 1986 et 2010, l'Algérie n'a jamais passé la phase de groupes. Pour entrer dans l'histoire, Vahid Halilhodzic et ses hommes devront commencer par battre la Belgique, mardi soir (18h), pour leur entrée dans la compétition. Avec comme maître mot : de la rigueur, de la rigueur, et de la rigueur.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

EN BREF - Cinq choses à savoir sur Belgique-Algérie

VIDEO - L'Algérie gagne dans la confusion

COUPE DU MONDE - les horaires des matches de l'Algérie

La liste des 23 Algériens dévoilée