Mondial : un fiasco pour l'Italie

  • A
  • A
Mondial : un fiasco pour l'Italie
Mario Balotelli est sorti après 35 minutes de jeu, sur blessure.@ Reuters
Partagez sur :

BIS REPETITA - L'équipe d'Italie est éliminée pour la deuxième fois de suite au premier tour de la Coupe du Monde. Une véritable humiliation.

Démissions en série. La déception de Mario Balotelli, la star de l'équipe d'Italie, est à la hauteur de l'humiliation subie par sa sélection. Comme en 2010, la Squadra Azzura est éliminée dès le premier tour du Mondial, après sa défaite mardi soir contre l'Uruguay (1-0). L'attaquant italien est resté prostré de longues minutes sur le banc de touche, incapable de réagir après la claque qu'il vient de recevoir. Quelques minutes plus tard, le sélectionneur italien, Cesare Prandelli, a annoncé sa démission. Et dans la foulée, c'est le président de la Fédération italienne de football (FIGC), Giancarlo Abate, qui l'a imité. Au pays du calcio, les prochains jours s'annoncent compliqués pour la Squadra Azzurra.

La désillusion des tifosi de l'Italie.

© Reuters

Comme en 2010. Car c'est la deuxième fois de suite que l'Italie est éliminée de la Coupe du Monde dès les phases de poules. Après sa défaite surprise face au Costa Rica (1-0), les Transalpins se sont encore inclinés mardi soir. Leur élimination, comme celle de l'Espagne, est une énorme surprise. Il faut dire que l'Italie a été finaliste de l'Euro 2012, perdu lourdement face à l'Espagne (4-0), et faisait figure de prétendante au sacre final. Depuis trois ans, la Squadra Azzurra avait séduit par un jeu collectif abouti et offensif qu'on ne lui connaissait pas. Cette élimination précoce, comme en Afrique du Sud en 2010, marque le déclin d'une sélection qui a gagné quatre Coupes du Monde, la dernière en 2006.

Gianluigi Buffon avec Cesare Prandelli après l'élimination.

© Reuters

Sans réaction. Surtout que l'élimination de l'Italie ne souffre aucune contestation. Face à l'Uruguay, les Transalpins ont été incapables de se montrer dangereux et de prendre le jeu à leur compte. Pourtant, c'était la marque de fabrique de la la Squadra Azzurra sous l'ère du coach Cesare Prandelli. Mais cette fois, le sélectionneur a fait jouer son équipe contre-nature, avec une tactique très défensive. Résultat : les Uruguayens se sont montrés bien plus dangereux et ont largement mérité leur victoire. Et sans les arrêts de leur gardien Gianluigi Buffon, la défaite des Italiens aurait même pu être plus sévère.



Fin de cycle. Gianluigi Buffon, revenons y justement. Le capitaine italien a peut être disputé son dernier match avec le maillot transalpin. A 36 ans, il pourrait annoncer sa retraite internationale, tout comme son partenaire Andrea Pirlo. Le milieu de terrain de 35 ans, véritable plaque tournante de la Squadra Azzurra depuis plus de dix ans, pourrait l'imiter. Les deux joueurs les plus emblématiques de l'Italie, champions du monde en 2006 face à la France, vont peut être quitter la scène internationale sur une élimination au premier tour du Mondial.

pirlo

© Reuters

Un football sur le déclin. Cette deuxième sortie de route s'inscrit dans le paysage d'un calcio sinistré. Depuis plusieurs années, les clubs italiens reculent sur la scène européenne. Le Milan AC et l'Inter Milan, deux des plus grands clubs au monde, ne sont pas qualifiés pour la prochaine Ligue des champions et la Juventus Turin, championne en titre, a été éliminée en demi-finale de la Ligue Europa. En plus, les stades italiens se vident à cause de la violence de ses supporters, symbolisée par les violents affrontements qui ont eu lieu entre les fans de Naples et de la Fiorentina avant la finale de la Coupe d'Italie. Dans ce triste panorama, seule la sélection italienne parvenait à tirer son épingle du jeu. Désormais, c'est tout le football italien qui doit se reconstruire.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

Mondial - L'Uruguay élimine l'Italie

VIDEO - Luis Suarez a (encore) un autre joueur

VIDÉO - Verratti régale

VIDÉO - Un joueur italien expulsé