Coupe du monde 2014 : à Sao Paulo, un stade encore inachevé

  • A
  • A
Coupe du monde 2014 : à Sao Paulo, un stade encore inachevé
A côté du stade de la Corinthians Arena, les supporters ont eu la surprise de voir encore des grues, et certaines tribunes au squelette encore apparent.@ Reuters
Partagez sur :

CHANTIER - Il doit accueillir le match d’ouverture de la Coupe du monde. Le toit n’est toujours terminé.

L’INFO. Le Brésil va devoir accélérer car la Coupe du Monde de football démarre dans 24 jours. Le match d'ouverture entre le Brésil et la Croatie aura lieu le 12 juin à Sao Paulo dans  l'Arena Corinthians. Dimanche, il y avait un premier match de championnat entre les clubs brésiliens des Corinthians et Figueirense (0-1) dans cette nouvelle enceinte où trois ouvriers sont déjà morts sur le chantier. Seulement 36.000 personnes ont pu assister au match car le stade n’est pas encore terminé. 20.000 places assises sont en effet restées vides, une partie des tribunes n'ayant pas reçu l'agrément du corps des pompiers pour être utilisées dimanche. Et s’il n’y pas eu de problèmes majeurs, ce premier test grandeur nature, pour voir si tout fonctionnait correctement, a été laborieux.

Des supporters trempés. A la sortie du métro, les supporters ont eu la surprise de voir encore des grues, et certaines tribunes au squelette encore apparent. A l'entrée d'une des ailes de l'enceinte, seuls deux des quatre ascenseurs menant aux tribunes fonctionnaient. A l’intérieur, le toit pas toujours pas terminé. Conséquence : une partie des supporters a été arrosé par une pluie battante. Ils se sont réfugiés plus en hauteur dans la partie couverte des gradins qui n'était pas remplie. Des zones VIP sont toujours en travaux.

19.05_stade_sau_paulo_reute

Des toilettes sombres. Sur place, les appels téléphoniques étaient quasiment impossibles pendant et après le match car le réseau 3G était saturé. Par contre le wi-fi fonctionnait à l'intérieur du stade. La lumière n’est pas non plus installée partout. Un des journalistes de la principale chaîne de télévision du Brésil, qui a testé les infrastructures du stades, a fait un détour par les toilettes à la mi-temps : “c’est très obscur. Ici, dans le secteur est du stade, il semble qu’il n’y ait pas du lumière dans ces toilettes ou je suis allé. Regardez, ici aussi au snack, il y a un problème de lumière. Tout le monde est dans l’obscurité”. 

Des travaux déjà remis après le Mondial. Des approximations nombreuses au regard des investissements : plus de 300 millions d’euros rien que pour ce stade. Mais cet unique test officiel avant le grand match d'ouverture du Mondial ne s'est pas déroulé selon les normes de sécurité exigées par la Fédération internationale de football (Fifa) : le périmètre de sécurité autour du stade était beaucoup plus restreint qu'il ne devra l'être pendant le Mondial et les portiques de détection de métaux aux entrées n'ont pas encore été installés. Selon des informations publiées cette semaine par le journal O Globo et non démenties, une partie des travaux ne seront de toute façon achevés qu'après le Mondial, faute de temps. Cela concerne en particulier certaines parties du toit qui ne pourront pas être installées à temps.

Donc, s'il pleut pendant le Mondial comme ce dimanche, les spectateurs de certaines tribunes très prisées, situées près de la pelouse au centre du terrain, devront se munir de parapluies...

Des téléphones portables pour s’éclairer. Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, n'avait pas caché son agacement lors de sa dernière inspection le 22 avril à Sao Paulo. Il avait reconnu que le stade ne serait livré à la Fifa qu'à la "dernière minute", soit normalement le 21 mai. En attendant, dimanche à la tombée de la nuit, des supporters ont même dû utiliser leur téléphone portable comme source de lumière car, il n’y avait aucun éclairage public pour les guider.

sujet

RETARDS - Mondial : l'inauguration du stade de Cuiaba repoussée

FACTURE SALEE - Blatter loue un appartement à 500.000 euros pendant le Mondial

VIDÉO - L'hymne officiel du Mondial 2014

INSOLITE - Les Brésiliens interdits de sexe "acrobatique"