Comment gérer le blues post-Coupe du monde ?

  • A
  • A
Comment gérer le blues post-Coupe du monde ?
C'est fini, il faut rentrer maintenant...@ Reuters
Partagez sur :

Le tournoi avait changé nos habitudes. Que faire maintenant qu’il n’y a plus de matchs ? Europe1.fr vous propose quelques pistes.

L’INFO. Et maintenant, on fait quoi ? Pendant un mois, on a vécu au rythme de la Coupe du monde. A 18 heures, en sortant du boulot ? Match ! A 22 heures, après la digestion ? Match ! A minuit, avant d’aller au lit ? Match ! Depuis la victoire de l’Allemagne et la fin de la compétition, dimanche soir, certains ont du mal à tourner la page. Europe1.fr a décidé d’essayer de vous aider.

>> A LIRE AUSSI : Europe1.fr fait son onze-type des flops du Mondial

Vive le Tour de France !Sur notre page Facebook, on vous a donc posé cette question : "c’est la fin de la Coupe du monde… et l’heure de la déprime pour les fans de foot. Et vous, qu’allez-vous faire maintenant ?". Vous avez été nombreux à réagir et à nous donner vos petites astuces. Parmi les réponses qui reviennent le plus souvent, on retrouve un autre événement sportif incontournable : le Tour de France. Remplacer une compétition sportive par une autre, rien de plus logique. "Maintenant, c'est la pédale et ses beaux paysages", se réjouit Romaric Décembre. Pour Laurent Papin est venu le temps de "regarder un vrai sport d'homme : le vélo".

maxstockworld310970

"L’amour nuit et jour". Certains conseillent également de…revisionner les meilleurs matchs en replay, en attendant le grand retour de la Ligue 1, le 9 août prochain. Mais quand on aime le sport, il n’y a pas que le foot dans la vie. "Maintenant c'est la coupe du monde de rugby féminin au mois d'août. Faites-en la promo", nous conseille Jean-Bernard Henry. Carine Guillanneuf, elle, va "regarder les championnats de natation et d'athlétisme".

Certains essaient de voir un avantage à la fin de la compétition. C’est le cas de Thibault Didier qui va "enfin arrêter de picoler en pleine semaine...mon foie vous remercie..." Evan Le Bescon, lui, a trouvé un palliatif : "l’amour nuit et jour". Marie Hénaut, elle, se réjouit déjà "de pouvoir enfin regarder les séries américaines."

>> A LIRE AUSSI : Le onze-type d'Europe1.fr

Le psy prévient. Europe1.fr a contacté Jean Cyrille Lecoq, psychologue du sport et préparateur mental. S’il reconnait que "l'après Coupe du monde peut être difficile à gérer" et rappelle que "dans deux ans, il y aura l’Euro 2016 en France", il estime en revanche que ressentir un manque n’est pas "normal". "Si une personne n'arrive pas à se remettre d'une Coupe du monde, alors même qu'il n'a pas joué, c'est que cette personne cache des problèmes personnels. Dans ce cas là, on n'est plus en face d'un supporter, mais d'une personne malade", tranche-t-il. Vous êtes prévenus !