Bleus : on retiendra la qualif'

  • A
  • A
Bleus : on retiendra la qualif'
@ REUTERS
Partagez sur :

TOP ET FLOPS - Les Bleus ont assuré leur qualification pour les huitièmes de finale du Mondial malgré un match nul (0-0) contre l'Equateur.

L'info. On aurait bien aimé un nouveau festival offensif mais on se contentera de la qualification pour les huitièmes de finale du Mondial. Au terme d'un match nul (0-0) contre l'Equateur mercredi soir à Rio, les Bleus avaient le sourire et juste envie de savourer. Aucune grosse inquiétude après cette rencontre mais quelques éléments à améliorer avant le prochain match contre le Nigeria, lundi (18h).

CE QU'ON A AIMÉ

Griezmann-face-a-l-Equateur-930x620_scalewidth_630

© REUTERS

La qualification. Après le fiasco sud-africain, on ne va quand même pas bouder le plaisir de retrouver les huitièmes de finale. Les Bleus avaient d'ailleurs le sourire, mercredi soir sur la pelouse du mythique stade du Maracana. Certes, le match nul et le manque d'efficacité offensive laissent un petit goût d'inachevé mais retenons l'essentiel. "Il en faudrait beaucoup plus pour gâcher notre satisfaction et notre joie", a d'ailleurs expliqué Deschamps après le match. "On était là pour nous qualifier pour les 8e et terminer premier. C'est fait". Place aux huitièmes !

La France et l'Equateur se neutralisent (0-0) :

L'intérim de Koscileny. Avec les petits pépins de santé de Raphaël Varane (gastro-entérite), Deschamps avait choisi d'aligner Laurent Koscielny en défense centrale. Il a été très solide pendant 90 minutes. Aux côtés de Mamadou Sakho, il a montré une sobriété appréciable dans ses interventions. Propre dans ses relances, il a aussi été costaud dans les airs. Un match très rassurant pour son coach. Il sait désormais qu'il peut compter sur lui au cas où.

Koscielny

© REUTERS

Matuidi toujours solide. Irréprochable. Comme souvent. A part une passe très mal ajustée qui a failli être fatale à la 20e minute, il a fait son match. Il a couru plus de 8 kilomètres en 66 minutes (remplacé par Olivier Giroud). Bien lancé par Karim Benzema, il a même failli ouvrir le score cinq minutes avant sa sortie (61e).

CE QU'ON N'A PAS APPRÉCIÉ

benzema

© REUTERS

Le coup de la panne. Après deux succès très convaincants (3-0 contre le Honduras et 5-2 contre la Suisse) et huit buts inscrits, on pouvait s'attendre à un nouveau feu d'artifice offensif. A la place, on a eu droit à un triste 0-0. Au passage, la France est l'équipe qui a concédé le plus de 0-0 en Coupe du monde depuis 1998 (5 au total). Benzema, auteur de trois buts dans les deux premiers matches, a pêché à de nombreuses reprises dans la finition. Même constat pour Giroud ou Pogba. 

Un manque de rythme. Face à une équipe équatorienne particulièrement repliée en défense, les Bleus ont manqué d'imagination. L'absence de Valbuena, dans son aptitude à fluidifier le jeu, à dézoner pour faire sortir les défenseurs, à créer des brèches avec ses passes, était criante en première période. En manque de temps de jeu, les "coiffeurs" n'ont jamais été aussi rapides dans leurs relances que l'équipe-type.

Sakho-2

© REUTERS

La nervosité des Bleus. Un coup de coude de Mamadou Sakho, un autre d'Olivier Giroud et de nombreux tacles à la limite du régulier. Si aucun joueur tricolore n'a été exclu, la Fifa pourrait bien décider d'ouvrir une procédure disciplinaire à l'encontre de Sakho par exemple. Si, par chance, le défenseur français passe à travers les mailles du filet, il faudra faire bien attention à garder ses nerfs au prochain match...

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

L'INFO - La France se qualifie sans briller
 

VIDÉO - Le coup de coude de Sakho

RÉACTION - Deschamps : "un manque de réalisme"

L'AVIS - Domenech : "c'est solide le Nigeria"

L'ADVERSAIRE - Pour les Bleus, ce sera le Nigeria !

HUITIÈMES - La Suisse retrouvera l'Argentine