Coupe de France : l'OM, expert en flops retentissants

  • A
  • A
Coupe de France : l'OM, expert en flops retentissants
L'an dernier, l'OM s'est incliné contre Grenoble, alors en CFA. @ JEAN PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Les Marseillais se déplacent sur le terrain de Trélissac, en huitièmes de finale de Coupe de France, jeudi soir. L'OM, souvent éliminé par des "petits" ces dernières années, doit se méfier. 

L'OM fait le grand écart. Quatre jours après sa défaite contre les stars du PSG dans le classique (1-2), les Marseillais affrontent  les amateurs de Trélissac (CFA), en huitièmes de finale de la Coupe de France, jeudi soir. Cette rencontre, délocalisée pour l'occasion au stade Chaban-Delmas de Bordeaux, a tout du traquenard pour les Phocéens. Premièrement : l'OM n'a plus gagné dans l'enceinte bordelaise depuis… 1978 ! Surtout, les partenaires de Steve Mandanda ont connu ces dernières années des flops retentissants contre des "petits". Retour sur les trois plus gros ratés de l'OM en Coupe de France depuis le passage au nouveau millénaire. 

2008 : la folie Carquefou (0-1)

Personne n'aurait misé sur une élimination de l'OM avant ce huitième de finale contre Carquefou, en 2008. L'USJA, petit club amateur de la banlieue de Nantes, pensionnaire de CFA2, la cinquième division française, a pourtant infligé à Marseille sa défaite la plus retentissante en Coupe de France. Les Phocéens, finalistes malheureux des deux dernières éditions, partaient pourtant largement favoris, sous l'impulsion des stars Samir Nasri et Djibril Cissé.

Mais dès la 7e minute, Carquefou ouvre le score grâce à un but de Papa Idrissa Ndoye. Les Marseillais poussent toute la rencontre, mais ne parviennent pas à égaliser (0-1). Le stade de la Beaujoire, à Nantes, bascule dans la folie et célèbre cet immense exploit. "Historique pour Carquefou, honteux pour l'OM", titre le lendemain le quotidien régional La Provence.


carquefou vs marseillepar tomyraf

2012 : Quevilly sur le chemin de la gloire (2-3 a.p.)

Quatre ans plus tard, l'OM traverse une des pires crises de son histoire récente. Avant d'affronter Quevilly, en quarts de finale, les Marseillais enchaînent les défaites. L'équipe alors entraînée par Didier Deschamps touche le fond contre cette intrépide équipe de National, le troisième échelon français.

L'OM est mené par deux fois, mais parvient à chaque fois à égaliser par Loïc Rémy, en toute fin de rencontre puis en prolongations. Signe que rien ne tourne dans le bon sens pour les Marseillais, Quevilly arrache la victoire au bout du bout des prolongations (117e, 2-3). Pour Marseille, le coup est rude. Mais pour Quevilly, c'est loin d'être terminé. Le club de la banlieue sud de Rouen ne s'inclinera qu'en finale, contre Lyon (0-1), après une incroyable épopée.

2015 : Grenoble les rend "loco" (3-3, 4 t.a.b. à 5)

Dernière déroute en date du navire olympien : l'an dernier, en 32e de finale, à Grenoble. Début janvier, l'OM de Marcelo Bielsa marche pourtant sur l'eau. Les Marseillais, premiers de Ligue 1 à ce moment de la saison, impressionnent la France entière avec un jeu ultra-offensif et sans calcul. Autant dire que Grenoble, en CFA, ne doit pas peser lourd face aux hommes d'"El Loco".

Mais un vent de folie souffle sur le stade des Alpes. L'OM mène trois fois au score, mais se fait égaliser à la 120e minute sur une tête de Salim Bengriba (3-3). La séance des tirs au but est fatale aux Marseillais : les Grenoblois s'imposent 5 à 4 et signent le plus gros exploit des 32e de finale. Pour l'OM, c'est le début de la fin. La deuxième partie de saison s'achève difficilement avec une 4e place frustrante en Ligue 1, à deux points du podium. Et le jeu flamboyant de l'équipe de Marcelo Bielsa semble aujourd'hui un lointain souvenir.