Coupe Davis : la finale sur terrain neutre ne plaît pas à Tsonga

  • A
  • A
Coupe Davis : la finale sur terrain neutre ne plaît pas à Tsonga
"Cela ne me plaît pas trop parce je pense que c'est encore pour une histoire d'argent" a affirmé Tsonga.@ AFP
Partagez sur :

Bernard Giudicelli, le président français du comité de la Coupe Davis a présenté ce projet la semaine dernière.

Et si la finale de Coupe Davis était dorénavant disputée sur terrain neutre ? Le projet du comité de la compétition, soumis au vote dans un an, a fait réagir des joueurs français dont Jo-Wilfried Tsonga, pas séduit par cette idée. "Cela ne me plaît pas trop parce je pense que c'est encore pour une histoire d'argent. Le sport doit rester le sport", a dit mardi le Manceau après sa victoire au premier tour de Wimbledon. "Aujourd'hui, la Coupe Davis est équitable. Quand tu joues un match à domicile, si tu retrouves la même équipe la fois suivante, alors tu joues à l'extérieur. Je trouve que c'est bien comme ça", a ajouté le 12e joueur mondial. 

Une refonte de la compétition. Bernard Giudicelli, le président, français, du comité de la Coupe Davis a présenté ce projet la semaine dernière lors de l'assemblée générale de la fédération international de tennis (ITF). Il s'inscrit dans la continuité du programme de refonte de la compétition après l'introduction du jeu décisif au cinquième set cette saison. Si le projet de jouer la finale sur terrain neutre est accepté, il prendrait alors effet pour la campagne 2018.

Pour Noah, c'est n'importe quoi ! Le capitaine de l'équipe de France Yannick Noah s'y était opposé sur Twitter: "Finale de la @DavisCup sur terrain neutre!!! N'importe quoi." Pour le joueur Julien Benneteau, ce projet est une "erreur". "L'essence même de la coupe Davis c'est de jouer à domicile ou à l'extérieur dans une ambiance unique...mais pas pour les délégués de l'ITF", a-t-il déploré sur le réseau social.





Rendre la compétition plus rare. "Quitte à changer quelque chose, je serais plutôt d'avis de ne pas jouer la Coupe Davis lors des années olympiques parce que cela surcharge le calendrier. Je la rendrais plus rare en l'organisant tous les deux ans", propose Tsonga.