Cinq choses à savoir sur Wimbledon 2016

  • A
  • A
Cinq choses à savoir sur Wimbledon 2016
"Nole" contre Roger, c'était la finale 2015. La demie en 2016 ? @ GLYN KIRK / AFP
Partagez sur :

A L'HEURE ANGLAISE - Le tournoi londonien commence lundi, sans Rafael Nadal mais avec Roger Federer.

CINQ CHOSES A SAVOIR

Après un Roland-Garros un peu triste mais définitivement historique grâce à son vainqueur Novak Djokovic, place au gazon de Wimbledon ! Le tournoi londonien commence ce lundi avec du lourd : l’entrée en lice des deux finalistes de l’an dernier, Novak Djokovic et Roger Federer. Avant d’entamer cette quinzaine anglaise, voici les cinq choses qu’il faut absolument garder dans un coin de sa tête pour aborder le tournoi en toute serenity !

Tout le monde est là, sauf Nadal. A Roland-Garros, on avait longuement regretté l’absence historique de Roger Federer, blessé au dos. Et que dire de celle de Gaël Monfils, le chouchou du public français, qui avait renoncé en raison d’un virus ? Que les amateurs de spectacle se rassurent, Roger et Gaël seront bien présents à Londres. Parmi les grands noms, seul Rafael Nadal a déclaré forfait, toujours pas remis de sa blessure au poignet, qui l’avait contraint à interrompre son Roland-Garros. Rien à signaler chez les dames en ce qui concerne les blessures, si ce n'est le forfait de Victoria Azarenka, numéro 6 mondiale. On n'oubliera pas l'absence de Maria Sharapova, suspendue deux ans après son contrôle positif au meldonium.

Djoko n’a pas de limite. Mais qui l’arrêtera ? Une fois de plus, Novak Djokovic arrive à Londres avec le statut d’ultra-favori. Comme à Roland-Garros. Comme partout, en fait. Le numéro un mondial visera encore les records à Wimbledon. En gagnant Roland-Garros il y a trois semaines, le Serbe a déjà réussi la performance exceptionnelle de remporter les quatre tournois du Grand Chelem d’affilée sur deux années distinctes, ce que personne n’avait fait depuis 1969. A Londres, il peut faire un grand pas vers un record encore plus fou : le Grand Chelem calendaire. S’il s’impose à Wimbledon pour la quatrième fois, il ne lui restera plus que l’US Open à remporter en septembre pour glaner ce record considéré comme l’ultime Graal pour un tennisman.

Murray-Lendl, duo reformé. Si un joueur a une petite chance de contrarier Djoko, c’est bien Andy Murray. A domicile et sur gazon, l’Ecossais est plus fort. Il a même déjà battu le Serbe en finale ici. Et s’il n’a rien pu faire à Roland-Garros, son excellent début de saison laisse entrevoir une ouverture. Vainqueur du prestigieux tournoi du Queen’s pour la cinquième fois en guise de préparation, le Britannique arrive avec beaucoup de confiance. Et il ne sera pas tout seul : Murray a en effet rappelé son ancien coach Ivan Lendl pour l’aider à remporter Wimbledon une seconde fois. C’était en effet grâce au Tchèque que le numéro 2 mondial avait débloqué son compteur en Grand Chelem à l’US Open 2012, avant de s’imposer en 2013 à Wimbledon, et contre Djokovic. Dernier détail en faveur de Murray : le tirage au sort lui a épargné Roger Federer, qui se retrouve dans la partie de tableau de Djokovic.

Serena n’est plus toute seule. Chez les dames, ce n’est plus Serena Williams et les autres. Certes, l’Américaine et numéro 1 mondiale sera favorite. Mais depuis Roland-Garros et un tournoi pas si simple pour elle, le doute est permis. D’autant que l’Espagnole Garbine Muguruza, vainqueure autoritaire de Williams en finale de Roland-Garros et désormais numéro 2 mondiale, ne vient pas à Londres pour faire de la figuration. Et n’allez pas croire que la jeune femme joue moins bien sur herbe (comme beaucoup d’Espagnols). Bien au contraire, son jeu percutant et offensif est d’autant plus efficace sur la surface.

Les Frenchies dans tout ça ? Côté français, c’est un peu comme d’habitude. Il y a des espoirs, mais un exploit est difficile à imaginer. Avec un Gaël Monfils qui reprend à peine la compétition et un Gilles Simon un peu en-deça ces derniers temps, il faudra se tourner vers Jo-Wilfried Tsonga et surtout Richard Gasquet, très bon à Roland et bénéficiaire de la tête de série numéro 7 à Wimbledon, ce qui lui donne de bonnes chances de viser les quarts. Tsonga et Gasquet pourraient d’ailleurs se rencontrer en huitièmes de finale, avant un quart de gala face à Murray. Les Françaises seront également à surveiller, à commencer par Caroline Garcia et Kristina Mladenovic. La première vient de remporter le modeste tournoi de Majorque et arrivera en confiance, tandis que la deuxième est très à l’aise sur gazon. Et comme à Roland-Garros, Mladenovic a rendez-vous avec Serena Williams au troisième tour. Pour un exploit, cette fois ?