Cinq choses à savoir sur le retour du golf aux JO

  • A
  • A
Cinq choses à savoir sur le retour du golf aux JO
Le golf a fait son retour aux Jeux olympiques, jeudi, à Rio.@ Jm WATSON/AFP
Partagez sur :

Plus d'un siècle après sa dernière apparition, en 1904, le golf fait son retour aux Jeux Olympiques, jeudi, à Rio.

La journée de jeudi aux Jeux marque le début des épreuves de cyclisme sur piste, mais aussi du… golf. En effet, après plus d'un sicèle d'absence, le sport fait son retour au programme olympique. Alors que les premières balles ont été tapées, jeudi matin, très tôt, à Rio, Europe 1 vous donne les cinq choses à savoir ce retour (plus ou moins) attendu.

112 ans plus tard. La dernière fois que des golfeurs se sont disputé une médaille sur le green, nous étions en 1904, à Saint-Louis, aux États-Unis. 112 ans plus tard, "driver", "fairway" et autres "par" s'invitent à nouveau au programme olympique. Le tournoi s'ouvre jeudi avec les hommes, puis ce sera au tour des femmes le 17 août.

Des favoris absents chez les hommes. Le retour du golf sous la bannière olympique se fait de manière timide. La majorité des têtes d'affiches mondiales du golf masculin ont en effet boudé le tournoi olympique. Seuls huit des 20 premiers mondiaux se sont déplacés, la plupart des autres prétextant la crainte du virus Zika, sans convaincre qui que ce soit. Les plus sincères ont reconnu le faible intérêt (financier ?) d'une médaille d'or. En l'absence des quatre meilleurs joueurs du monde - Day, Johnson, Spieth et McIlroy - c'est donc le Suédois Henrik Stenson, n°5 mondial, qui s'avancera en favori théorique. Concernant le tournoi féminin, la donne est différente puisque les favorites ont répondu à l'appel et seront bien présentes.

Quatre Français en lice. Côté tricolore, la France peut compter sur Grégory Bourdy (107ème mondial) et Julien Quesne (133ème) pour le tournoi masculin et Karine Icher (61ème) et Gwladys Nocéra (141ème) pour le tournoi féminin. Dans L'Équipe, Grégory Bourdy a livré son analyse sur le parcours brésilien. "Il n'y a pas d'arbres, pas de rough et d'une manière générale des fairways larges. Il y a quelques endroits un peu étroits, mais globalement les mises en jeu ne sont pas si compliquées", indique-t-il. Par ailleurs, il a répondu aux critiques sur l'état du parcours. Son constat à lui est plutôt positif. "Je suis vraiment très agréablement surpris de l'état du parcours. J'avais entendu plein d'inquiétudes à ce sujet, mais il est très bon", considère-t-il.

Le carnaval des animaux ? Le parcours a pourtant suscité d'autres commentaires, moins flatteurs. Il a en effet été construit dans la zone marécageuse de Marapendi. Caïmans, capybaras (énormes rongeurs), singes, chevêches des terriers (chouettes aux longues pattes), voire boas constrictors, tous sont susceptibles de faire des apparitions sur le parcours. Des dresseurs seront placés tout au long de la zone de jeu et tout caïman repéré trop près du public ou des joueurs sera capturé et évacué vers le parc naturel voisin.

À peine arrivé, déjà reparti ? Si le golf sera bien aux JO 2020 à Tokyo, sa présence pour l'édition de 2024 n'est pas encore assuré, loin de là. La Fédération internationale de golf a clairement laissé entendre que la présence de la discipline dans huit ans était soumise à la fois aux audiences télé qui seraient réalisées, ainsi qu'aux ventes de tickets. Le golf pourrait donc effectuer son retour pour seulement deux Jeux…