Christophe Bouchet : "Si vous dilapidez votre fortune, elle ne sert à rien"

  • A
  • A
Christophe Bouchet : "Si vous dilapidez votre fortune, elle ne sert à rien"
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Invité sur Europe 1, l'ancien président de l'OM Christophe Bouchet reste prudent après l'annonce de la reprise du club par l'homme d'affaires américain Frank Mc Court.

Les supporters marseillais attendaient la nouvelle depuis des mois, voire des années pour les plus sceptiques. Lundi, même si les détails administratifs restent à finaliser, Margarita Louis-Dreyfus a finalement revendu l'OM après plusieurs saisons décevantes sportivement et délicates financièrement. L'acheteur s'appelle donc Frank Mc Court, un homme d'affaires américain, ancien propriétaire du club de base-ball des Los Angeles Dodgers. Il se trouvait lundi dans les salons de la mairie de la cité phocéenne, où il a été reçu par Jean-Claude Gaudin qui l'a accueilli en posant ses exigences : "Il va falloir gagner et mettre des sous. Puisque vous en avez, c'est ce que vous ferez, en tout cas c'est ce que nous vous demandons." Grand sourire aux dents blanches, très souriant face aux médias, le businessman a bien reçu le message. Et va tenter de faire oublier une réputation parfois peu flatteuse. Avec son épouse, ils ont notamment été accusés de montages financiers illicites lors de leur passage à la tête de la franchise californienne.

Enthousiasme et crainte mêlés. Un passif qui inquiète certains supporters, même si le plus emblématique des fans de l'OM, René Malleville, préfère rester optimiste :" J'espère que l'Américain aura plus que la Russe (Margarita Louis-Drefus, ndlr). Je suis persuadé que le stade va se remplir à nouveau. Il a un beau discours qui me plaît, il veut une vitrine, on devrait être fier qu'il nous ait choisis ! Qu'il nous mette un vrai connaisseur du foot à la tête du club. Je suis persuadé qu'on aura de bonnes surprises." Un avis que Christophe Bouchet, président de l'OM de 2002 à 2004, partage entièrement.

"L'important, c'est son engagement." Pour lui, difficile de dire si cette reprise est une bonne ou une mauvaise nouvelle pour l'instant : "C'est une nouvelle pour l'instant, il faudra attendre les prochains mois pour voir si elle est bonne ou mauvaise. Mais s'il gère ça de loin comme Margarita, ce sera une mauvaise nouvelle. L'important, c'est son engagement, savoir s'il saura composer avec le territoire, les forces économiques, politiques etc. La fortune, si vous la dilapidez, elle ne sert pas à grande chose", a-t-il résumé.

L'OM, une marque "à fort potentiel". En bon supporter marseillais, l'ancien journaliste a d'ailleurs saisi l'occasion pour tacler en filigrane le PSG : "Je connais des clubs en France détenus par des Etats qui ont mis beaucoup d'argent et qui ont pourtant eu des résultats mitigés jusque là. Il faudra voir s'il pilote le club à distance, et surtout s'il va placer un homme fort à sa tête." Avant de faire parler sa science du business, et d'affirmer sans ambages que l'OM reste une potentielle bonne affaire pour un entrepreneur audacieux et intelligent : "Objectivement, c'est une marque totalement sous-exploitée. Après le vrai problème, c'est se demander si elle est exploitable, là c'est une vraie question. Mais c'est incontestablement la marque la moins bien exploitée du foot européen."