Basket : Monaco surpris par l'ASVEL en quarts de finale aller

  • A
  • A
Basket : Monaco surpris par l'ASVEL en quarts de finale aller
Monaco a subi la loi de l'ASVEL, mercredi soir. @ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le leader de la saison régulière de Pro A a perdu, à la surprise générale, face au tenant du titre (72-69). 

Monaco, grandissime favori pour le titre, a perdu à la surprise générale son quart de finale aller face au champion sortant, l'ASVEL (72-69), lundi soir. Les Monégasques, leaders de la saison régulière, devront gagner à l'extérieur, mercredi, pour ne pas être éliminés prématurément des play-offs. 

L'ASVEL a tenu bon. Les Monégasques se méfiaient car l'an passé ils avaient déjà échoué contre l'ASVEL en demi-finale, après avoir dominé la saison régulière. Cette saison, leur domination avait été telle - 30 victoires en 34 matchs - qu'une telle mésaventure semblait improbable. D'autant que Villeurbanne n'avait terminé que huitième et dernier qualifié pour les play-offs.

Pourtant la "Roca Team" est mal entrée dans le match, perturbée par la très bonne défense des verts. L'écart, de douze points après le premier quart-temps, a grimpé à 15 dans le troisième. Yakuba Ouatarra (20 points) était trop seul pour répondre à Casper Ware (18 points) et Nelson DeMarcus (15 points). La réaction monégasque a été vigoureuse, grâce au réveil du meneur Dee Bost (12 points, tous dans le dernier quart-temps). L'ASM est revenue à égalité à trois minutes de la sirène mais n'est jamais passée devant.

Strasbourg également surpris. Dans l'autre affiche de la soirée, il y a eu du suspense également à Strasbourg, où Pau-Orthez s'est imposé 102 à 92 après deux prolongations. Au Rhénus, les Américains A.J. Slaughter (31 pour Strasbourg) et John Cox (30 points pour Pau-Orthez) se sont livrés à un beau duel. Pau-Orthez s'est imposé grâce à Alain Koffi, excellent à l'intérieur dans le "money time" (22 points, 10 rebonds).

La SIG, finaliste l'an dernier et autre favori, devra aussi s'imposer lors du prochain match pour ne pas subir une grosse désillusion.