Avant Kurzawa, ces footballeurs qui s'en sont pris à leur coach

  • A
  • A
Avant Kurzawa, ces footballeurs qui s'en sont pris à leur coach
Avant Layvin Kurzawa, Nicolas Anelka, Eric Cantona, Serge Aurier et Zlatan Ibrahimovic s'en sont notamment pris à leur coach. @ AFP/Captures d'écran Youtube/Montage Europe 1
Partagez sur :

Le défenseur français a fait l'objet d'un chantage grâce à une vidéo, sur laquelle il avait une attitude déplacée envers Didier Deschamps. De nombreux précédents existent en la matière.

Les détails des "propos et gestes déplacés" tenus par Layvin Kurzawa à l'égard de Didier Deschamps ne sont pas connus dans le détail. Mais ceux-ci sont suffisamment gênants pour que des malfaiteurs, en possession d'une vidéo filmée lors d'une soirée privée, aient tenté de soutirer de l'argent à l'international français… Ce dernier a immédiatement prévenu la police, permettant l'arrestation de cinq personnes et mettant fin au chantage. L'histoire, si elle s'arrête là, viendra rejoindre une liste d'insultes fleuries prononcées par des footballeurs à l'égard de leur coach dans la presse, le vestiaire ou sur les réseaux sociaux.

  • 1986 : Stein traite Beckenbauer de "clown"

Lors du Mondial au Mexique, Uli Stein, gardien de but allemand, qualifie son sélectionneur Franz Beckenbauer de "clown baignant dans sa soupe", en référence à un spot de publicité pour une soupe où apparaissait le "Kaiser". La référence a des allures de vengeance : Beckenbauer lui a préféré Harald "Toni" Schumacher pour le poste de N.1. Stein est immédiatement renvoyé en Allemagne.

  • 1988 : Michel, "pas loin" d'un "sac à merde" selon Cantona

En septembre, Henri Michel, sélectionneur des Bleus, n'appelle pas Eric Cantona pour un France-Tchécoslovaquie en amical. "Je lisais un truc de Mickey Rourke, parce que c'est un gars que j'adore, qui disait que le mec qui s'occupe des oscars est un sac à merde. Je pense qu'Henri Michel n'en est pas loin", commente le joueur de l'OM. Le président de la Fédération française Jean Fournet-Fayard le suspend 10 mois.

  • 2002 : le chapelet d'injures de Roy Kean

Le milieu de terrain irlandais quitte le camp de son équipe juste avant le début du Mondial en Corée du Sud, après avoir critiqué les conditions de préparation. Le sélectionneur Mick McCarthy le convainc de revenir mais lui demande de s'expliquer devant ses équipiers. Selon l'autobiographie d'un joueur de l'époque, Niall Quinn, Roy Keane a alors déversé un chapelet d'injures conclues par: "Ta Coupe du monde tu peux te la foutre au cul". Keane reviendra en 2004 avec Brian Kerr comme sélectionneur.

  • 2010 : pour Ibra, Guardiola n'a "pas de couilles"

Le géant suédois raconte dans son livre, Moi Ibra, paru en 2011, avoir asséné à Pep Guardiola, son coach à Barcelone lors de la saison 2009-10 : "Tu n'as pas de couilles, tu te chies dessus devant (José) Mourinho, tu ne vaux rien à côté de lui". Ibrahimovic, qui avait quitté le club Blaugrana au bout d'une seule saison, "est un joueur formidable", avait répondu le Catalan, pas susceptible, en conférence de presse. "Il a peut-être une dent contre moi, mais je pense toujours que c'est un joueur formidable."

  • 2010 : Anelka, Didier Deschamps et la grève de Knysna

Dans son livre Tout seul en 2012, Didier Deschamps revient sur cet épisode à l'origine de la "grève du bus" lors du Mondial 2010, en Afrique du Sud. Il y explique avoir dit, à la mi-temps de France-Mexique : "J'avais demandé de la profondeur et toi Nico, sur le premier ballon, tu restes là sans bouger". Ce à quoi, selon Domenech, Anelka a répondu : "Enculé, t'as qu'à la faire tout seul ton équipe de merde ! J'arrête moi...". À l'époque, le quotidien L'Équipe avait retranscrit les propos d'Anelka en ces termes : "Va te faire enculer, sale fils de pute". Le joueur avait été exclu du groupe et ses coéquipiers avaient refusé de s'entraîner à Knysna en guise de soutien…

anelka1280

Nicolas Anelka s'entraînant à Knysna, en Afrique du Sud, en 2010. Crédit : archives AFP


  • 2012 : Mourinho taclé par Ramos pour n'avoir "jamais joué"...

En janvier 2012, le quotidien sportif Marca publie à sa Une la retranscription d'un échange très tendu entre l'entraîneur Jose Mourinho et ses capitaine et vice-capitaine Iker Casillas et Sergio Ramos, dans le vestiaire du Real Madrid. Tancé par le "Special One" pour une erreur de marquage face au rival barcelonais, le défenseur central lui répond : "Parfois, dans un match, il arrive qu'il faille changer les marquages. Comme vous n'avez jamais joué, vous ne savez pas qu'il peut arriver ce genre de choses." Mourinho quittera le club au mercato d'été suivant.

  • 2014 : …. et traité de "guignol" par Eto'o

L'entraîneur portugais rejoint dans la foulée Chelsea, où il s'illustrera notamment en mettant en doute l'âge de l'une de ses stars, Samuel Eto'o, dans une interview télévisée en février 2014. "J'ai un attaquant, Eto'o, il a 32 ans... peut-être 35, qui sait ?" ironise le technicien portugais. Réaction de l'international camerounais : "Ce n'est pas parce qu'un guignol m'a traité de vieux que vous allez croire à cela".

  • 2016 : Laurent Blanc, une "fiotte" pour Aurier

Deux jours avant un 8e de finale de Ligue des champions, en février, le PSG se réveille en découvrant le dérapage nocturne de son défenseur Serge Aurier sur les réseaux sociaux. Accompagné d'un ami fumant une chicha, Aurier répond, sans filtre, à des questions posées par des fans. Son entraîneur Laurent Blanc traité de "fiotte", accusé de "prendre les couilles" de Zlatan Ibrahimovic, lui-même qualifié de "gentille bête". Mis à pied à titre conservatoire dans la foulée, il reprendra la compétition le 7 avril.