Aux Bleus les regrets, aux Anglais le Grand Chelem

  • A
  • A
Aux Bleus les regrets, aux Anglais le Grand Chelem
Avec trois essais à rien, les Anglais n'ont pas volé leur victoire, samedi au Stade de France. @ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

UN MATCH, DEUX AMBIANCES - Le XV de France s'est incliné (31-21) contre l'Angleterre, samedi au Stade de France. 

Les Bleus n'auront eu de cesse de courir après le score. Très rapidement menés après un essai de Danny Care, les Français ont bien résisté avant de s'incliner (31-21), samedi soir au Stade de France. Cinq mois après leur déroute à la Coupe du monde, les Anglais, eux, s'offrent un Grand Chelem quasi-inespéré. 

Le premier Grand Chelem anglais depuis 13 ans. L'Angleterre a remporté samedi son premier Grand Chelem dans le Tournoi depuis 2003 moins de six mois après avoir sombré lors de "sa" Coupe du monde. Un redressement express pour le XV de la Rose qui doit beaucoup à son nouveau sélectionneur Eddie Jones. Derrière cette Rose qui pique de nouveau, le pays de Galles a pris la deuxième place en surclassant samedi (67-14) l'Italie

XV-de-la-Rose

Un bilan plutôt moyen pour Guy Novès. Et voilà que ce Tournoi initiatique pour la troupe d'un nouveau sélectionneur Guy Novès s'achève sur un drôle d'entre-deux. Côté sombre, cette triste 5e place au classement et trois défaites consécutives (contre le Pays de Galles et l'Ecosse et l'Angleterre). Mais les deux victoires du début, contre l'Italie et l'Irlande, ont laissé entrevoir une nouvelle envie. L'ancien entraîneur du Stade Toulousain savait qu'il ne remettrait pas sur pied cette équipe en une saison. Il sera forcément attendu au tournant lors de la tournée d'automne en Argentine. 

Novès

Danny Care fait très mal aux Bleus. Les Bleus auraient tellement aimé priver les Anglais du Grand Chelem. Ils n'ont pas démérité, loin de là. Les Français ont su imprimer du rythme sans pour autant parvenir à concrétiser leurs occasions. Le réalisme était anglais, samedi soir. Les hommes d'Eddie Jones ont inscrit trois essais sur leurs rares temps forts. Le premier est l'illustration parfaite de cette supériorité dans la zone décisive. Danny Care récupère un ballon sur un ruck a priori anodin pour filer à l'essai. 


Machenaud a fait espérer les Bleus. Les Français ont patiemment grignoté leur retard grâce à la botte du demi de mêlée Maxime Machenaud, auteur de tous les points de son équipe. Impeccable pendant 80 minutes, le demi de mêlée du Racing Metro sera, à n'en pas douter, une des satisfactions de Guy Novès.