Autriche : le Tyrol dit non à une candidature aux JO d'hiver 2026

  • A
  • A
Autriche : le Tyrol dit non à une candidature aux JO d'hiver 2026
Lara Gut à Soelden, dans le Tyrol en 2016.@ JOE KLAMAR / AFP
Partagez sur :

Le non l'a emporté à 53,35% des suffrages lors d'un référendum régional organisé dimanche au Tyrol.

Les citoyens du Tyrol en Autriche ont rejeté dimanche le principe d'une candidature de cette province et de sa capitale Innsbruck aux jeux Olympiques d'hiver 2026, selon les résultats officiels partiels d'un référendum régional. Le non l'a emporté à 53,35% des suffrages, selon ces résultats qui ne comprennent pas le vote par correspondance, lequel sera dépouillé à partir de lundi mais n'est pas en mesure d'inverser le résultat du vote.

Trop coûteux pour les Tyroliens. Ce non intervient après plusieurs rejets de candidatures olympiques par vote ou par pétition de la population depuis un an, dans le canton suisse des Grisons pour ces mêmes JO-2026, ainsi qu'à Budapest et à Hambourg pour les JO d'été 2024. Hôte des JO-1964 et des JO-1976, Innsbruck avait déjà rejeté à deux reprises l'idée d'une nouvelle candidature, lors de référendums organisés à l'échelle de la seule ville en 1993 et 1997. La consultation avait cette fois été étendue à l'ensemble de la province dans l'espoir d'inverser la tendance. Mais les Tyroliens ont majoritairement estimé qu'un nouveau rendez-vous olympique serait trop coûteux pour la province, malgré les assurances du Comité olympique autrichien (ÖOC).

Infrastructures existantes. Le non l'a emporté y compris hors d'Innsbruck, où un nouveau rejet était attendu. Même Kitzbühel, hôte d'une des plus prestigieuses étapes de la Coupe du monde de ski alpin, s'est opposé à 52% à une candidature. Les stations de Sölden et de Hochfilzen se sont à l'inverse prononcées à une forte majorité pour les JO, à 69,7% et 80,7%. L'ÖOC avait fait valoir que le Tyrol, une des principales destination de sports d'hiver en Europe, dispose d'ores et déjà de la quasi totalité des infrastructures nécessaires à la compétition. Le budget, établi à 1,17 milliard d'euros, aurait été équilibré par les recettes, selon les organisateurs. Principal opposant à la candidature, l'homme politique local Fritz Dinkhauser a toutefois rappelé que le budget d'Innsbruck-1976 avait été très largement dépassé. Ces jeux sont les derniers à avoir été organisés en Autriche, après l'échec notamment de la candidature de Salzbourg pour l'édition 2014.

Trois villes intéressées, désignation en 2019. La phase officielle de candidatures pour l'organisation des JO-2026 s'ouvrira en 2018 et la ville-hôte doit être désignée par le Comité international olympique (CIO) en 2019. Sion en Suisse, Calgary au Canada et Stockholm en Suède ont fait part de leur intérêt. Le patron de l'ÖOC, Karl Stoss, avait estimé que "les chances" d'Innsbruck de l'emporter n'avaient "pas été aussi élevées depuis longtemps", mettant en avant la volonté du CIO de voir les JO revenir dans une "station classique de sports d'hiver", après Sotchi-2014, Pyeongchang-2018 et Pékin-2022. La candidature du Tyrol était notamment soutenue par des sportifs de renom comme le sextuple vainqueur de la Coupe du monde de ski alpin Marcel Hirscher et le sextuple champion du monde de saut à ski Gregor Schlierenzauer. La République autrichienne avait également assuré un soutien de principe.