"Aujourd'hui, chaque joueur de football est une PME"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1 et à une semaine de l'Euro 2016, Vincent Duluc, journaliste à "L'Équipe", est revenu sur l'évolution du monde du football depuis une trentaine d'années.

INTERVIEW

En 1984, la France remportait son premier Euro de football, à domicile. Trente-deux ans plus tard, les Bleus vont tenter de glaner ce titre pour la troisième fois, une fois encore devant leur public, à l'occasion de l'Euro 2016 en France. Sur Europe 1, Vincent Duluc, journaliste à L'Équipe, revient sur l'évolution du monde du ballon rond entre ces deux périodes clés du football français.

"Chaque joueur est dans une stratégie individuelle". "Ce qui a changé, c'est l’environnement, le rapport aux joueurs", indique en préambule Vincent Duluc. "Avant, il y avait une toute-puissance qui s’exerçait, mais sans contre-poids de la part des joueurs", explique le journaliste. Aujourd'hui, les choses ont bien changé. "Chaque joueur est dans une stratégie individuelle, a son propre responsable de la presse, son kiné personnel", décrit une des plumes de L'Équipe. Vincent Duluc résume ainsi la situation avec la formule suivante : "chaque joueur est une PME".

1998, un autre temps médiatique. Vincent Duluc revient également sur le rôle du sélectionneur d'équipe nationale, très en vue en ce moment à l'occasion de l'Euro 2016. "Mécaniquement, il a au moins la moitié des médias contre lui, et ça devient une époque terrible", raconte le journaliste de L'Équipe. "En 1998, on était encore à la préhistoire de l'époque médiatique actuelle", se rappelle-t-il. Cette année-là, les Bleus grimpaient sur le toit du monde et le quotidien sportif se fâchait irrémédiablement avec le sélectionneur national, Aimé Jacquet. "Ce qui lui a été reproché à l'époque, c'était trois fois rien", affirme le journaliste qui compare la situation de 1998 à aujourd'hui. "Par exemple Raymond Domenech, quinze ans plus tard, il a pris une marée. On a écrit des choses sur lui que l'on n'avait jamais écrites sur personnes avant".