Zaccheroni débute par un nul

  • A
  • A
Zaccheroni débute par un nul
@ Reuters
Partagez sur :

SERIE A - Pour le premier match de son entraîneur, la Juve fait nul avec la Lazio (1-1).

SERIE A - Pour le premier match de son entraîneur, la Juve fait nul avec la Lazio (1-1). Les journées passent et la réussite trépasse pour la Juventus. Changement d'entraîneur ou pas, rien n'y fait, la Vieille Dame ne parvient décidément pas à trouver un nouvel élan cette saison et doit maintenant commencer à regarder derrière. Durant presque 80 minutes, le jeu n'a pourtant pas fait défaut aux hommes d'Alberto Zaccheroni face à la Lazio Rome (1-1), pour la première de l'ancien entraîneur milanais depuis le limogeage de Ciro Ferrara vendredi. La Juve est décidée à prendre le contrôle du ballon et Diego manque rapidement une première occasion, seul face à Muslera après un bon jeu en triangle avec Amauri et Del Piero (5e). Comme avec Ferrara sur leurs derniers matches, les Bianconeri développent bien à une touche dans le camp de la Lazio mais ne parviennent pas à assurer le dernier geste face à un rideau adverse très compact, clairement venu au stade olympique de Turin pour attendre. Del Piero ne cadre pas (12e), Diego inquiète Muslera et Sissoko est à deux doigts de reprendre (21e). La Lazio ne sort pas et la Juve joue Toujours à un point des relégables au coup d'envoi, la Lazio ne fait rien cependant pour aider à la tenue d'un match enlevé, les latéraux montent un peu plus que lors des précédents chocs face à la Roma ou l'Inter mais le bloc reste désespérément bas. Dommage lorsque Zarate et Cruz composent le duo d'attaque... Toujours est-il qu'à part une frappe de Mauri déviée en corner par Manninger (39e), la Lazio ne montre pas grand-chose et les hommes de Zaccheroni ont eux le mérite d'essayer de produire du jeu. Diego est repris de façon litigieuse dans la surface par Kolarov (26e), Chiellini est à un cheveu de reprendre un coup franc de son partenaire brésilien (38e) et Candreva frappe au-dessus après un corner mal repoussé (45e), tandis qu'Amauri prend absolument tous les ballons de la tête en pivot à l'entrée de la surface de la Lazio. Devant un stade olympique aux tribunes clairsemées, la Juventus repart de l'avant dès la reprise et Candreva sur une frappe lointaine inquiète Muslera, obligé de se détendre pour détourner en corner (51e). Quasiment à l'arrêt à l'entrée de la surface, Diego surprend le portier romain mais trouve l'extérieur du poteau droit (54e), Del Piero essaie en force à l'entrée de la surface mais Muslera est vigilant (60e). La Juve domine outrageusement et Amauri continue de prendre tous les ballons aériens dans la surface, mais les Bianconeri ne concrétisent pas. Quand ça ne veut pas... Et quand le chrono s'égrène ainsi en vain, mieux vaut pouvoir compter sur ses joueurs d'influence pour débloquer une situation mal embarquée. Del Piero prend ainsi les choses en main à vingt minutes de la fin, en trouvant un penalty totalement injustifié en s'effondrant devant Diakité, le latéral français de la Lazio auteur d'un bon match par ailleurs. "Pinturrichio" se charge lui-même de transformer la sentence (1-0, 70e). Tellement habituée à défendre face aux gros, la Lazio a du mal à se projeter en nombre vers l'avant, mais sur un des seuls centres du match pour les visiteurs adressé par Radu côté gauche, Mauri surgit au point de penalty et surprend toute la défense turinoise (1-1, 78e). Comme face à la Roma la semaine dernière, la Juve n'a plus su jouer ensuite et la Lazio a même dominé la fin de match. Zaccheroni a pu mesurer dimanche l'ampleur de la tâche, à la tête d'une équipe en manque cruel de réussite et qui pointe désormais à quinze points de l'Inter Milan, mais surtout à cinq points du Chievo et de Parme, à égalité à la douzième place. Une équipe simplement malade, en somme.