Yachvili, roi du derby

  • A
  • A
Yachvili, roi du derby
Partagez sur :

Le Pays Basque a vibré ce samedi à l'occasion d'un derby malgré tout décevant que Biarritz est allé arracher à Bayonne (22-19) à Jean-Dauger. Auteur de l'intégralité des points de son équipe, Dimitri Yachvili a signé un récital et regonflé le moral du BO à une semaine de son entrée en lice sur la scène européenne.

Le Pays Basque a vibré ce samedi à l'occasion d'un derby malgré tout décevant que Biarritz est allé arracher à Bayonne (22-19) à Jean-Dauger. Auteur de l'intégralité des points de son équipe, Dimitri Yachvili a signé un récital et regonflé le moral du BO à une semaine de son entrée en lice sur la scène européenne. "Si on pouvait prendre ce match samedi, je ne m'en plaindrais pas." Serge Blanco a été entendu même si le président biarrot a dû s'armer de patience avant de voir ses protégés obtenir sur le fil le gain du derby basque sur le terrain du voisin honni, Bayonne. Et l'homme fort du BO ne devrait pas manquer de féliciter chaleureusement Dimitri Yachvili, le demi de mêlée des visiteurs ayant rendu une copie parfaite pour signer la totalité des points biarrots dans un Stade Jean-Dauger chauffé à blanc. "L'homme du match, c'est Biarritz", dira avec une modestie qui l'honore celui qui a revêtu à 44 reprises le maillot frappé du Coq aux caméras de Canal+Sport au terme de la rencontre. L'apport de Yachvili dans ce succès de prestige ne peut pourtant être occulté, tant le demi de mêlée du BO a crevé l'écran, faisant preuve d'une précision clinique au pied en plus de signer l'unique essai des siens avec malice. Ses partenaires n'ont d'ailleurs pas manqué de saluer le héros du derby après coup, Benoît August en tête: "Le talent et le pied de Dimitri a fait la différence." Difficile de contredire le talonneur au vu des événements ce samedi. Dès la 13e minute, le numéro 9 biarrot passe le cuir entre les perches et réussit là où ses adversaires font preuve d'une défaillance fatale puisqu'avec 3 drops et 2 pénalités manqués tout au long de la rencontre, les Bayonnais ont laissé filer des points qui auraient pu changer l'issue d'une rencontre décousue. "Ce n'est pas ça qui nous fait perdre", estimera Lionel Mazars au coup de sifflet final. Maladroits au pied, les joueurs de l'Aviron peinent à concrétiser leurs temps fort dans une première période qui les voit à leur avantage mais sont tout de même les premiers à franchir la ligne d'en-but. Sur une attaque classique des arrières bayonnais, Mazars crée un point de fixation avant de servir Audy. Ce dernier renverse pour Gerber qui, profitant du mauvais placement de l'arrière-garde biarrote, s'en va aplatir (13-3, 30e). Le BO subit mais reste en vie grâce au pied de Yachvili qui permet aux siens de regagner les vestiaires avec sept points de retard (13-6). "Le contrat est rempli, place à l'Europe" Biarritz revient des vestiaires avec d'autres intentions et prend peu à peu la mesure de son adversaire, Bayonne flanchant progressivement sur le plan physique. Le BO en profite et prend l'initiative du jeu. Après un travail au près, Yachvili écarte sur Peyrelongue qui va au sol. Yachvili ramasse et plonge pour signer un essai (16-13, 47e). L'ancien pensionnaire de Gloucester continue ensuite à survoler les débats, remportant son duel à distance avec Boyer en passant trois nouvelles pénalités, la dernière, celle du succès, à quelques minutes de la sirène (76e). Devant qu'à une seule reprise, à la 11e minute, le BO se fait opportuniste en même temps que précis pour rafler la mise dans la dernière ligne droite. "C'est une grande fierté pour nous de gagner. Au-delà de l'aspect culturel, c'est surtout une victoire très importante sur le plan comptable", confiera l'homme du match après sa démonstration. "Le contrat est rempli, on est très satisfaits. Il y a beaucoup d'euphorie, place à la Coupe d'Europe maintenant." A une semaine d'un premier choc continental face à Bath, le BO s'est préparé dans les meilleures conditions et pourra aborder la H Cup, compétition dans laquelle Biarritz a été défait en finale la saison dernière, le moral gonflé à bloc.