Yachvili ne verra pas l'Italie

  • A
  • A
Yachvili ne verra pas l'Italie
Partagez sur :

Ménagé lundi mais de retour mardi à l'entraînement, Dimitri Yachvili n'honorera finalement pas sa 50e sélection contre l'Italie samedi lors de la quatrième journée du Tournoi des VI Nations. Touché à une cuisse, le demi de mêlée biarrot, encore aux soins ce jeudi midi avant de passer un dernier test, non concluant, en début d'après-midi, cède sa place à Morgan Parra, le Montpelliérain Julien Tomas étant appelé en renfort.

Ménagé lundi mais de retour mardi à l'entraînement, Dimitri Yachvili n'honorera finalement pas sa 50e sélection contre l'Italie samedi lors de la quatrième journée du Tournoi des VI Nations. Touché à une cuisse, le demi de mêlée biarrot, encore aux soins ce jeudi midi avant de passer un dernier test, non concluant, en début d'après-midi, cède sa place à Morgan Parra, le Montpelliérain Julien Tomas étant appelé en renfort. Comme Maxime Médard avant le "crunch" à Twickenham (voir par ailleurs), Dimitri Yachvili, reconduit mardi par Marc Lièvremont au poste de demi de mêlée pour affronter l'Italie samedi, à Rome, dans le cadre de la 4e journée du Tournoi des Six Nations, doit renoncer au déplacement dans la capitale italienne. "Après avoir passé un examen médical en début d'après midi, et en accord avec le Médecin du XV de France, Jean Philippe Hager, et le staff médical de son club", le Biarrot, victime d'une contusion importante à la cuisse, qui nécessite du repos, a déclaré forfait, lui qui s'apprêtait à honorer sa 50e cape en bleu. Naturellement, Morgan Parra sera titularisé en n°9 et débutera la rencontre de ce weekend. Marc Lièvremont, le sélectionneur national, a appelé le Montpelliérain Julien Tomas (2 sélections) pour prendre place sur le banc des remplaçants ; il rejoindra le groupe France à Marcoussis en fin de journée. Tomas, le clin d'oeil italien Déboulonné de son statut de demi de mêlée n°1 du XV de France, Parra, 22 ans et 25 sélections, avait été titulaire lors des deux premiers matches du Tournoi gagnés contre l'Ecosse et l'Irlande, avant d'être désigné remplaçant, avec Dimitri Yachvili comme titulaire, pour le choc perdu contre l'Angleterre. Une rétrogradation que l'intéressé a forcément mal vécu. "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?, interrogeait-il mardi, quelques heures après l'annonce du quinze de départ face à la presse. Ce sont les choix de l'entraîneur. C'est comme ça, on fait avec. Je suis compétiteur et j'ai envie de jouer. (...) Un coup, je finis. Un coup, je ne finis pas. C'est son choix, ce n'est pas le mien. Il a dit qu'on tournait avec Dimitri, c'est comme ça. Ce n'est pas mon problème, c'est le sien. Moi, je ne suis que joueur, alors je fais avec. Quand je ne joue pas, je n'ai pas l'impression de servir totalement, ou alors sans être trop investi." C'est finalement le sort qui le propulse de nouveau en première ligne... Tout comme Julien Tomas, 25 ans, dont les deux seules sélections, à chaque fois comme remplaçant, se réduisent à neuf petites minutes... contre l'Italie, déjà dans le Tournoi, en mars 2008, et pendant trois minutes contre l'Australie en novembre 2008. Son rappel sonne dans le temps comme un désaveu pour Julien Dupuy, Sébastien Tillous-Borde ou même Frédéric Michalak. La Coupe du monde, pour le Parisien comme pour le Castrais et le Toulousain, semble plus loin que jamais.