Wozniacki, rien ne va plus

  • A
  • A
Wozniacki, rien ne va plus
Partagez sur :

Comme la semaine dernière à Toronto, Caroline Wozniacki s'est inclinée dès son entrée en lice au tournoi de Cincinnati. La Danoise a subi la loi de la jeune Américaine Christina McHale (6-4, 7-5). A moins de deux semaines de l'US Open, le niveau de jeu de la n°1 mondiale est plus qu'inquiétant.

Comme la semaine dernière à Toronto, Caroline Wozniacki s'est inclinée dès son entrée en lice au tournoi de Cincinnati. La Danoise a subi la loi de la jeune Américaine Christina McHale (6-4, 7-5). A moins de deux semaines de l'US Open, le niveau de jeu de la n°1 mondiale est plus qu'inquiétant. S.O.S., numéro 1 mondiale en perdition. Depuis le début de la tournée américaine, Caroline Wozniacki est méconnaissable. Eliminée d'entrée de jeu à Toronto, la Danoise a également pris la porte dès son premier match à Cincinnati, vaincue par Christina McHale (6-4, 7-5). Si perdre contre Roberta Vinci au Canada n'a rien de très infamant, s'incliner contre la 76e joueuse mondiale quand on trône au sommet de la hiérarchie WTA est nettement plus embêtant, pour ne pas dire plus. Le plus grave, sans doute, c'est le niveau de jeu proposé par Wozniacki, tout simplement indigne de son rang. Pour les amateurs de tennis, le premier set fut ainsi un cauchemar : 5 coups gagnants et 22 fautes directes pour la n°1 mondiale, 6 et 20 pour sa jeune adversaire, tout juste âgée de 19 ans. Dans ce contexte, il est plus difficile d'en vouloir à McHale, titulaire d'une wild-card dans l'Ohio, et qui restait sur un 6-1, 6-0 encaissé contre Agnieszka Radwanska à San Diego. Propulsée sur le Grandstand de Cincy, McHale a joué crânement sa chance. Wozniacki, elle, n'est jamais parvenue à mettre son jeu à l'endroit. Ni l'intervention sur le court de son entraîneur de père durant le premier set, ni la présence dans les gradins de son (supposé) nouveau petit ami Rory McIlroy n'ont changé quoi que ce soit. Avec des trajectoires arrondies à l'extrême, la Danoise, en manque évident de confiance a fini par céder. A moins de deux semaines de l'US Open, on la voit mal remporter son premier tournoi du Grand Chelem à Flushing Meadows. A ce rythme, et malgré les 3000 points d'avance qu'elle possède sur Vera Zvonareva, c'est plutôt sa place de n°1 mondiale qui semble en danger.