Worley, un défi géant

  • A
  • A
Worley, un défi géant
Partagez sur :

En tête de la Coupe du monde de géant à deux manches de la fin de la saison, Tessa Worley défend son dossard rouge de leader ce vendredi en République Tchèque. La médaillée de bronze des derniers Mondiaux devra encore repousser l'assaut de l'Allemande Viktoria Rebensburg si elle veut décrocher le premier globe de cristal de sa jeune carrière.

En tête de la Coupe du monde de géant à deux manches de la fin de la saison, Tessa Worley défend son dossard rouge de leader ce vendredi en République Tchèque. La médaillée de bronze des derniers Mondiaux devra encore repousser l'assaut de l'Allemande Viktoria Rebensburg si elle veut décrocher le premier globe de cristal de sa jeune carrière. Du haut de son mètre 57, elle domine une discipline nommée géant... Curieux paradoxe qui ne fait plus rire grand monde. A commencer par la championne olympique Viktoria Rebensburg, encore reléguée au classement à 23 points de Tessa Worley à l'amorce de ce sprint final. Avec deux géants en deux semaines, la saison s'accélère. Avec l'annulation de la manche de Maribor, aucun point n'a pu être distribué entre le 28 décembre à Semmering et le 6 février à Arber-Zwiesel. Une donnée suffisante pour casser l'incroyable dynamique de la jeune Française, vainqueur de trois épreuves successives au cours d'un mois de décembre qui lui a permis d'égaler Carole Merle (trois victoires en une saison). Rebensburg en a profité, chez elle à Arber-Zwiesel, pour revenir à 23 points donc, soit un peu plus de l'écart séparant une première d'une deuxième place. Sauf que la dynamique a peut-être encore évolué, notamment grâce à une certaine deuxième manche des Mondiaux sur la neige de Garmisch-Partenkirchen. Pas dans le rythme sur le premier passage, la Bornandine y réalise une remontée porteuse des plus beaux espoirs et récompensée par une inespérée médaille de bronze, s'ajoutant à celle en or décrochée sur l'épreuve par équipes. Dans l'attente de ce nouveau rendez-vous, Worley s'essaye ensuite à la vitesse, terminant 18e et meilleure Française du Super-G d'Are. Idéal pour se rassurer et construire un peu plus son capital confiance, qui plus est à l'approche d'une piste peu connue. Poursuivant sa quête de nouveaux horizons en Europe de l'Est, la FIS a en effet programmé cette avant-dernière manche à Spindleruv Mlyn. Après Zagreb, Kransjka Gora ou Bansko en Bulgarie cette saison chez les messieurs, cette station du nord de la République Tchèque accueille pour la deuxième fois une manche de Coupe du monde féminine. En 2008, la très jeune Worley s'y était classé 18e, cinq places devant Rebensburg. Trois ans plus tard, les espoirs, nées toutes les deux le 4 octobre 1989, se sont transformées en reines. Reste à savoir laquelle soulèvera son premier globe de cristal la semaine prochaine à Lenzerheide.