Worley revient sur terre

  • A
  • A
Worley revient sur terre
Partagez sur :

Après trois victoires consécutives qui avaient fait d'elle le nouvel épouvantail de la discipline, Tessa Worley n'a pris que la 10e place du slalom géant d'Arber-Zwiesel. Pas l'idéal avant les Mondiaux, même si cette contre-performance est peut-être un mal pour un bien en vue de Garmisch, justement. Viktoria Rebensburg en profite en tout cas pour revenir au général de la Coupe du monde.

Après trois victoires consécutives qui avaient fait d'elle le nouvel épouvantail de la discipline, Tessa Worley n'a pris que la 10e place du slalom géant d'Arber-Zwiesel. Pas l'idéal avant les Mondiaux, même si cette contre-performance est peut-être un mal pour un bien en vue de Garmisch, justement. Viktoria Rebensburg en profite en tout cas pour revenir au général de la Coupe du monde. Trois victoires de suite, la performance était historique et avait retourné le ski alpin français tout entier. Tessa Worley n'a pas non plus fait patatras dimanche à Arber-Zwiesel, mais une dixième place est forcément décevante, lorsqu'elle touche une skieuse qui devenait petit à petit la reine incontestée du géant féminin. Pourtant deuxième à l'issue de la première manche, Worley a craqué lors du deuxième acte, sur un tracé réduit d'un tiers après de multiples reports, autant samedi que dans la matinée de dimanche, encore. Viktoria Rebensburg, impériale à l'issue de la première manche avec déjà 74 centièmes d'avance sur Worley, a même pu se permettre une petite erreur ensuite pour devancer Federica Brignone. L'Allemande termine en 1'36"96, soit une marge confortable de 53 centièmes d'avance sur l'Italienne. Kathrin Zettel complète le podium à 89 centièmes, tandis qu'Anémone Marmottan termine juste derrière à 97 centièmes de la tête, à égalité parfaite avec Elisabeth Goergl. La belle performance française du jour n'est donc pas vraiment venue de là où on l'attendait le plus. Les garçons n'ont pas fait mieux A l'issue de sa victoire, Rebensburg se montrait évidemment ravie, devant les caméras d'Eurosport: "Je suis très heureuse. Il fallait rester concentrée. Le timing est excellent avant les Mondiaux, j'étais un peu nerveuse au départ parce que je savais que Worley allait skier très fort dans la deuxième manche. J'ai fait une petite erreur, mais ça n'a pas prêté à conséquence." Au final, Worley n'a pas skié très fort et la championne olympique, qui glane ainsi son deuxième succès de l'hiver, profite pour revenir à seulement 23 petits points au classement général de la Coupe du monde de slalom géant. A priori, cette contre-performance n'intervient pas au meilleur des moments pour la Française, qui briguera le titre de championne du monde le 17 février, soit dans onze jours. Mais une nouvelle victoire, par exemple, lui aurait permis d'égaler le record français de quatre victoires consécutives de Carole Merle. Worley n'aurait pas eu fini d'en entendre parler, ce qui ne l'aurait pas forcément placé dans les meilleures conditions psychologiques pour préparer les Mondiaux. Ses camarades masculins ont vécu, certes dans des proportions moins considérables au vu de leur début de saison, la même désillusion puisque De Tessières, Frey, Fanara, Richard, Pinturault et Missilier ont respectivement terminé 11e, 12e, 19e, 20e, 24e et 25e sur le géant de Hinterstoder, remporté par l'Autrichien Philipp Schörghofer. Pour eux comme pour Worley, toute idée de relâchement ne sera donc pas à l'ordre du jour à Garmisch. Et ça, c'est quand même une bonne nouvelle.