Woods se troue

  • A
  • A
Woods se troue
Partagez sur :

Tiger Woods n'aura fait qu'un petit tour à Marana, où se dispute jusqu'à dimanche le championnat du monde de match-play. L'Américain, trois fois vainqueur de l'épreuve, a été surpris dès son entrée en matière par le Danois Thomas Bjørn. Revenu à hauteur in extremis sur le dernier trou, l'Américain a craqué lors de la "mort subite". Il n'avait plus connu telle désillusion dans cette épreuve depuis 2002.

Tiger Woods n'aura fait qu'un petit tour à Marana, où se dispute jusqu'à dimanche le championnat du monde de match-play. L'Américain, trois fois vainqueur de l'épreuve, a été surpris dès son entrée en matière par le Danois Thomas Bjørn. Revenu à hauteur in extremis sur le dernier trou, l'Américain a craqué lors de la "mort subite". Il n'avait plus connu telle désillusion dans cette épreuve depuis 2002. Le "Tigre" n'a pas encore retrouvé son coup de patte. Engagé cette semaine à Marana, en Floride, pour disputer le championnat du monde de match-play, Tiger Woods a perdu pied d'entrée. Tête de série n°1 de cette épreuve qui se dispute sous forme de duels et dans un tableau comme au tennis, l'Américain a été surpris au premier tour par Thomas Bjørn, un Danois qui émarge à la 62e place mondiale. Une désillusion qui ne lui était arrivé qu'à une seule reprise dans cette compétition qu'il a gagnée trois fois, c'était il y a neuf ans quand Peter O'Malley s'était permis un crime de lèse-majesté. Cette année-là, en 2002, Woods régnait en maître sur la planète golf, décrochant notamment deux levées du Grand Chelem (Masters d'Augusta et US Open). Il n'est plus le même aujourd'hui, ses problèmes conjugaux ayant eu de sévères répercussions sur une carrière qu'il essaie de relancer. En Floride, le Californien a affiché une nouvelle fois ses limites. Mené d'un coup par Bjørn à l'attaque du 18e trou, il réussissait un birdie pour pousser son adversaire en "mort subite". Mais lors de ce trou décisif, et malgré son expérience de ces moments cruciaux, le n°3 mondial se rendait coupable d'un double bogey synonyme de défaite. "Navrant, a-t-il lâché juste après son élimination, Vraiment navrant!" Une contre-performance qui n'est évidemment pas de nature à lui rendre la confiance derrière laquelle il court désespérément. Mais la saison est encore longue, et Woods n'a, ne l'oublions pas, que 35 ans.