Woods prêt à bondir

  • A
  • A
Woods prêt à bondir
Partagez sur :

Tiger Woods est idéalement placé à l'issue du deuxième tour du Masters d'Augusta. Sur les greens de Géorgie, l'Américain (-7) a rendu vendredi une carte de 66 qui lui a permis de grimper à la troisième place du classement, à trois coups du leader Rory McIlroy (-10). Grégory Havret, pourtant dans le coup après le premier tour, n'a pas passé le cut, tout comme le n°1 mondial Martin Kaymer.

Tiger Woods est idéalement placé à l'issue du deuxième tour du Masters d'Augusta. Sur les greens de Géorgie, l'Américain (-7) a rendu vendredi une carte de 66 qui lui a permis de grimper à la troisième place du classement, à trois coups du leader Rory McIlroy (-10). Grégory Havret, pourtant dans le coup après le premier tour, n'a pas passé le cut, tout comme le n°1 mondial Martin Kaymer. Tiger Woods se remet en chasse. Pour la première fois depuis bien longtemps, l'Américain est dans le coup pour la victoire dans un tournoi majeur grâce à sa troisième place provisoire au terme du deuxième tour du Masters d'Augusta. Une nouvelle qui focalise désormais l'attention autour des greens de Géorgie, où l'ancien n°1 mondial a si bien réussi par le passé (quatre victoires en 1997, 2001, 2002 et 2005). Après un premier tour correct (-1), Woods a sorti les griffes vendredi pour finalement regagner le club-house avec une carte de 66, le deuxième meilleur score de la journée derrière un Jason Day impressionnant (64). Toujours aux commandes de l'épreuve, Rory McIlroy (-10) possède trois coups d'avance sur Woods et deux sur Day. Un swing précis, peut-être les meilleures sensations ressenties depuis qu'il travaille avec Sean Foley selon ses dires, et un petit jeu décisif, notamment au putting, lui ont assuré un aller-retour en cinq heures avec neuf birdies à la clé. Mais pour Tiger Woods, les raisons de sa réussite sont ailleurs: "Je pense que c'est la patience dont j'ai fait preuve, c'est ça la clé. Nous sommes dans un tournoi majeur. Il faut savoir être patient." Pas de précipitation, sans se presser, Woods est trop malin pour tomber dans le panneau. Il sait bien que le vent peut tourner. Comme à Pebble Beach en juillet dernier, lorsqu'une carte de 66 le troisième jour le replace pour la gagne, avant d'envoyer le lendemain des "bananes" dans le décor de carte postale de l'US Open. Un message peut-être pour McIlroy, parti sur les chapeaux de roue, comme au British Open, où Oosthuizen l'avait finalement emporté. Le Sud-Africain ne sera pas là en tout cas pour lui barrer la route puisqu'il n'a pas passé le cut. Même sanction pour Grégory Havret. Le Français, dixième après le premier tour pour ses grands débuts à Augusta, s'est écroulé vendredi avec une carte de 79, à cinq coups au-dessus du par. C'est également terminé pour Graeme McDowell, Francesco Molinari, Zach Johnson, Padraig Harrington et surtout pour le n°1 mondial Martin Kaymer. L'Allemand, qui est allé chercher le par lors du deuxième tour, paie surtout une première journée à +6. Augusta ne lui réussit décidément pas puisqu'il n'y a jamais passé le cut...