Woods, pas mieux...

  • A
  • A
Woods, pas mieux...
Partagez sur :

Certes les Etats-Unis ont conservé leur avantage sur le reste du monde, vendredi soir, à l'issue du deuxième tour de la Presidents Cup (7-5). Certes Tiger Woods a remporté à cette occasion son premier trou, d'un birdie bien senti. Mais à l'arrivée, l'ancien n°1 mondial, associé à Dustin Johnson, reste fanny, battu cette fois par le tandem Baddeley-Day. Une situation inédite pour l'intéressé.

Certes les Etats-Unis ont conservé leur avantage sur le reste du monde, vendredi soir, à l'issue du deuxième tour de la Presidents Cup (7-5). Certes Tiger Woods a remporté à cette occasion son premier trou, d'un birdie bien senti. Mais à l'arrivée, l'ancien n°1 mondial, associé à Dustin Johnson, reste fanny, battu cette fois par le tandem Baddeley-Day. Une situation inédite pour l'intéressé. Les Etats-Unis gardent le cap dans le vent du Royal Melbourne ! Après avoir conclu une première journée dédiée aux foursomes avec deux longueurs d'avance sur le reste du monde - exception faite du Vieux continent - (4-2), les Américains ont su préserver leur ascendant, vendredi, au terme d'un deuxième tour consacré aux fourballs et disputé dans des conditions particulièrement difficiles. Une "journée folle", selon les mots de Phil Mickelson, au terme de laquelle les deux sélections se sont quittées dos à dos (3-3), sur le score global de 7-5 en faveur des USA. La paire Watson-Simpson a ainsi pris le meilleur sur Els et Ishikawa (2 et 1), Mickelson et Furyk ont dominé le tandem Scott-Kim (2 et 1) et la doublette Stricker-Kuchar a disposé de Yang et Allenby (4 et 3). Menés de quatre points avant la fin des deux derniers duels, les internationaux ont répliqué grâce aux duos Ogilvy-Choi, Goosen-Schwartzel et Baddeley-Day. Ce, aux dépens des Haas-Watney (1 up), Mahan-Toms (2 et 1) et Johnson-Woods (1 up). Pour la deuxième journée consécutive, Tiger Woods s'est donc incliné - une première dans sa carrière sur la Presidents Cup, lui qui en 2009 avait remporté ses quatre confrontations, et une déconvenue qu'il n'avait plus vécue dans une compétition par équipe depuis la Ryder Cup 2004. Gêné par le vent de son propre aveu, l'ancien n°1 mondial a bien signé un birdie, au trou n°4, mais Dustin Johnson ne l'a guère aidé et Aaron Baddeley était au-dessus du lot ce vendredi. "Le Tigre" aura encore l'occasion de se rattraper samedi, Fred Couples, le sélectionneur américain, ayant décidé de le maintenir sur les greens pour les cinq foursomes à venir - ce sera alors contre la paire Adam Scott-K.J. Choi. S'ensuivront cinq fourballs pour clore ce troisième tour avant une manche dominicale à 12 matches en individuel. Autant dire que rien n'est encore joué dans cette Presidents Cup que le reste du monde n'a chipée qu'une fois aux Etats-Unis - en huit précédents. Une exception qui remonte à 1998. ETATS-UNIS 7 - EQUIPE INTERNATIONALE 5 Vendredi: Watson/Simpson bat Els/Ishikawa (2 et 1) Mickelson/Furyk bat Scott/Kim (2 et 1) Stricker/Kuchar bat Yang/Allenby (4 et 3) Baddeley/Day bat Johnson/Woods (1up) Ogilvy/Choi bat Haas/Watney (1up) Goosen/Schwartzel bat Mahan/Toms (2 et 1) Jeudi: Watson/Simpson bat Els/Ishikawa (4 et 2) Haas/Watney partage avec Ogilvy/Schwartzel Johnson/Kuchar partage avec Baddeley/Day Mickelson/Furyk bat Goosen/Allenby (4 et 3) Mahan/Toms bat Kim/Yang (6 et 5) Woods/Stricker perd contre Scott/Choi (7 et 6)