Woods, la prime à la régularité

  • A
  • A
Woods, la prime à la régularité
Partagez sur :

GOLF - Grâce à sa régularité, Tiger Woods a remporté dimanche la FedEx Cup et les dix millions de dollars qui l'accompagnent.

S'il n'a pas remporté le moindre Majeur et terminé sa saison sur le circuit américain par une deuxième place derrière Phil Mickelson à l'occasion du Tour Championship, dimanche à Atlanta, Tiger Woods peut tout de même se montrer satisfait. Très régulier, le numéro un mondial a en effet décroché la FedEx Cup et une prime de dix millions de dollars par la même occasion.Alors heureux ? Voilà la question qui sera posée ce lundi à Tiger Woods quand, après une nuit de sommeil méritée, il se réveillera sur ce qu'il vient d'accomplir. Trop compétiteur pour se satisfaire de sa deuxième place derrière Phil Mickelson à Atlanta, théâtre du Tour Championship, grande finale de la FexEx Cup et de la saison américaine, le n°1 mondial avait du mal à apprécier dimanche la portée de sa performance. De retour en février après huit mois de convalescence suite à une énième opération du genou gauche, l'Américain a récupéré son statut de meilleur golfeur de l'année, abandonné sans combattre en 2008 à Vijay Singh. S'il n'a remporté qu'une seule étape de cette FedEx Cup, il y a quinze jours à Lemont (Illinois), si Steve Stricker (finalement sixième) l'a longtemps menacé dimanche et si Mickelson l'a privé d'un finish en fanfare, Woods mérite plus que quiconque cette distinction. Et ses 10 millions de dollars de récompense. En 17 apparitions cette saison, le Tigre a gagné six tournois, fini trois fois à la deuxième place et terminé 14 fois dans le Top 10. Son seul accroc restera son cut raté à Turnberry lors de la 138e édition du British Open, une première en Grand Chelem pour l'intéressé depuis 2006. Le record de Jack Nicklaus en ligne de mire"Je suis très fier de la régularité affichée tout au long de l'année, relevait dimanche l'Américain. Face à toutes les inconnues qui m'attendaient, je n'imaginais pas en début d'année, depuis le championnat du monde de match-play, que j'en serais là aujourd'hui." Il lui aura fallu moins d'un mois après son premier tournoi de l'année pour faire taire les sceptiques et les oiseaux de mauvais augure qui lui prédisaient un retour anticipé. Vainqueur de l'Arnold Palmer Invitational fin mars, il récidivera au Memorial Tournament en juin puis gagnera l'AT&T National en juillet, le Buick Open et le Bridgestone Invitational coup sur coup début août et enfin le BMW Championship en septembre.Seule ombre à ce tableau de chasse 2009, son zéro pointé dans les Majeurs. Alors qu'il s'est présenté, fort à chaque occasion d'une dernière apparition sur le circuit couronnée de succès, en favori lors des quatre levées de l'année, Woods s'est contenté de places d'honneur lors du Masters d'Augusta et de l'US Open avant de rater le cut lors du British Open puis de céder lors du dernier tour de l'USPGA face au Sud-Coréen Yong-Eun Yang. Bilan, une première année creuse depuis 2003 et 2004, période de sa carrière où il refaçonnait son swing. Pas de quoi inquiéter l'intéressé qui rappelle que, pour la première fois depuis très longtemps, il ne souffre plus de genou. Une manière de dire qu'il repartira à l'attaque du record de 18 Majeurs de Jack Nicklaus en 2010.