Williams: "Un peu rouillés"

  • A
  • A
Williams: "Un peu rouillés"
Partagez sur :

Deron Williams n'a pas réussi à faire gagner son équipe lors des deux matches de pré-saison contre les New York Knicks. S'il refuse de s'exprimer sur le cas Dwight Howard, toujours à Orlando, le meneur des Nets parle en profondeur de sa pige au Besiktas durant le lock-out et des ajustements dont l'équipe a besoin avant la reprise ce dimanche.

Deron Williams n'a pas réussi à faire gagner son équipe lors des deux matches de pré-saison contre les New York Knicks. S'il refuse de s'exprimer sur le cas Dwight Howard, toujours à Orlando, le meneur des Nets parle en profondeur de sa pige au Besiktas durant le lock-out et des ajustements dont l'équipe a besoin avant la reprise ce dimanche. Votre déclaration selon laquelle David Stern était un tyran a fait pas mal de bruit... Oui, bon, c'est comme ça. Ça n'a pas forcément été pris de la même manière que je l'ai dit. Pas la peine de vous inquiéter, c'est moi qui doit assumer de toute façon. Comment sentez-vous l'équipe à l'approche de la saison ? Ça va. On a eu un bon camp d'entraînement. Mais bon, vous pouvez vous entrainer autant que vous voulez et faire des matches entre coéquipiers, rien ne vaut jouer contre une équipe en situation de match. C'est là où l'on voit où l'on en est, surtout pour les rookies. C'était donc bien de retrouver l'ambiance de match samedi dernier et ce soir (mercredi, ndlr). On est un peu rouillés et il faut s'adapter à une nouvelle attaque. Le calendrier resserré à cause du lock-out va-t-il poser problème ? Ça va prendre un moment avant que tout ne s'enclenche parfaitement. Avec peu de préparation et de matches de pré-saison c'est sûr que cela n'arrange pas la situation. Ce soir on a eu beaucoup de turnovers notamment, il va falloir compter sur notre défense aussi. Il faut donc continuer de travailler à l'entrainement, on n'a d'ailleurs pas de jour de repos. "On veut devenir une meilleure équipe défensive" L'intégration des nouveaux se passe bien ? Ce sont surtout les schémas offensifs qu'il a fallu travailler. Il n'y en a que quelques-uns qui connaissent complètement notre attaque. Mais ce fut la même chose quand je suis arrivé l'an dernier, on avait intégré beaucoup de choses pour que cela corresponde à mon jeu et là le coach refait un peu la même chose avec les nouveaux. Mais la défense est peut-être encore plus importante, car on veut vraiment devenir une meilleure équipe défensive. Que pensez-vous de votre rookie Marshon Brooks ? C'est un scoreur. Il fait un super boulot dans ce sens. Il apprend, tous les jours à l'entrainement, il joue dur et il écoute. C'est un gamin intelligent et ce sera un bon joueur. Il sent bien le jeu, il y a des choses qu'il peut améliorer, comme n'importe quel rookie. Qu'avez-vous pensé du retour de Kris Humphries ce soir (mercredi)? (Ton ironique) C'était bien. Il a eu deux bonnes minutes, de belles ovations, de superbes huées aussi ! Il y avait des changements d'avis dans les tribunes : ils l'ont hué quand il est rentré, applaudit quand il est revenu... (Il redevient sérieux) C'est bien qu'il soit de retour, on va absolument avoir besoin de lui, rapidement. "Je reviendrai très probablement (en Turquie)" Vous aviez dit qu'en arrivant en Turquie il avait fallu vous adapter, notamment au jeu à l'européenne, est-ce qu'il y a un léger réajustement maintenant où votre routine est revenue facilement ? Non, c'est «home sweet home» ici, ça n'a pas été difficile, ni dans le jeu ni en dehors. Ma famille va revenir cette semaine, donc là cela va être un ajustement à faire car il va falloir réhabituer les enfants aux horaires notamment, mais ça ira. Vous suivez toujours le basket européen, notamment votre équipe du Besiktas ? Oui, je regarde surtout eux, c'est à peu près tout. Ils ont gagné les deux premiers matchs après mon départ, et ils ont eu une grosse défaite la semaine dernière. Là ça va mieux depuis. À votre arrivée en Turquie, vous aviez un sac à dos aux couleurs de Galatasaray justement, ce qui avait attiré quelques commentaires... Oui, je me suis débarrassé de ce sac à dos ensuite. Je n'étais pas obligé mais je l'ai fait, par respect. Ce n'est pas typique pour une star NBA de venir en Europe. Envisagez-vous de revenir plus tard ? Peut-être, on verra, là forcément, c'est difficile de parler de cela, je n'y pense pas vraiment. Mais quand ma carrière commencera à changer là ce pourra être une possibilité. C'est sûr que la transition serait vraiment facilitée. Maintenant je sais comment c'est là bas, donc je reviendrai très probablement en Turquie si c'était l'option que je choisirais.