Williams, gazon maudit

  • A
  • A
Williams, gazon maudit
Partagez sur :

La journée de lundi a marqué un tournant dans le tableau féminin de Wimbledon. Les soeurs Williams, lauréates de neuf des onze dernières éditions du prestigieux tournoi britannique, ont mordu la poussière. La concurrence va pouvoir en profiter, à l'exception de Caroline Wozniacki, la numéro 1 mondiale ayant également été battue sur le gazon londonien.

La journée de lundi a marqué un tournant dans le tableau féminin de Wimbledon. Les soeurs Williams, lauréates de neuf des onze dernières éditions du prestigieux tournoi britannique, ont mordu la poussière. La concurrence va pouvoir en profiter, à l'exception de Caroline Wozniacki, la numéro 1 mondiale ayant également été battue sur le gazon londonien. Maria Sharapova est une survivante. La Russe, lauréate de Wimbledon en 2004, reste la seule joueuse ayant gagné les Internationaux de Grande-Bretagne au cours de ces onze dernières années à pouvoir espérer voir son nom de nouveau s'inscrire au palmarès du tournoi samedi prochain, jour de la finale dames. C'est que les soeurs Williams ont toutes les deux quitté le All England Lawn Tennis and Croquet Club ce lundi, éliminées au stade des huitièmes de finale. Le trust de Serena (lauréate en 2002, 2003, 2009 et 2010) et Venus (2000, 2001, 2005, 2007, 2008) - à peine interrompue par la victoire de la Russe et celle d'Amélie Mauresmo en 2006 - est terminé après quatre années de règne. La faute, notamment, à Marion Bartoli. La Française a ainsi pris le meilleur sur la double tenante du titre, Serena, en deux sets (6-3, 7-6) pour gagner le droit de disputer les quarts de finale du troisième tournoi du Grand Chelem de l'année. Moins de deux heures plus tard, c'était au tour de l'aînée, Venus, de prendre la porte, victime de Tsvetana Pironkova (6-2, 6-3). La Bulgare, tête de série n°32 du tournoi et véritable spécialiste de la surface, aura infligé à l'Américaine une troisième défaite de rang, parvenant ainsi à faire bégayer l'histoire. En 2010, Venus avait déjà subi la loi de Pironkova, s'inclinant sur le même score, mais au tour suivant. Absente en début de saison, Venus a perdu de son lustre d'antan, en atteste son rang actuel de 30e joueuse mondiale. Reste que sa disparition du tableau féminin, conjuguée à celle de Serena, a une forte valeur symbolique, les deux soeurs ayant marqué de leurs succès Wimbledon depuis le début du siècle. Si le champ est désormais dégagé pour d'autres joueuses, Caroline Wozniacki n'en profitera pas. La Danoise a buté sur la Slovaque Dominika Cibulkova, s'inclinant après un combat disputé (1-6, 7-6, 7-5). La numéro 1 mondiale devra encore patienter avant de soulever son premier trophée du Grand Chelem...