Wiggins prend date

  • A
  • A
Wiggins prend date
Partagez sur :

Grand spécialiste de la piste, Bradley Wiggins a également confirmé à 31 ans qu'il était un excellent coureur sur route en s'adjugeant dimanche le Critérium du Dauphiné. S'il n'a pas remporté d'étapes, le Britannique du Team Sky a construit son succès lors du contre-la-montre de Grenoble terminé à la deuxième place et a su limiter les dégâts en montagne, comme lors de l'arrivée finale à La Toussuire, où Joaquim Rodriguez s'est imposé.

Grand spécialiste de la piste, Bradley Wiggins a également confirmé à 31 ans qu'il était un excellent coureur sur route en s'adjugeant dimanche le Critérium du Dauphiné. S'il n'a pas remporté d'étapes, le Britannique du Team Sky a construit son succès lors du contre-la-montre de Grenoble terminé à la deuxième place et a su limiter les dégâts en montagne, comme lors de l'arrivée finale à La Toussuire, où Joaquim Rodriguez s'est imposé. Bradley Wiggins n'est pas qu'un pistard et tient à le faire savoir. Le Britannique aurait en effet pu se contenter d'un palmarès pour le moins fourni dans les vélodromes: six médailles olympiques dont trois titres en poursuite (deux en individuel) et dix médailles en championnats du monde dont six d'or. Mais le natif de Gand en Belgique est aussi un amoureux de la route, où il construit peu à peu un palmarès également enviable. Dimanche, le leader du Team Sky a ainsi remporté le Critérium du Dauphiné, sa quatorzième victoire en professionnel et sans conteste la plus marquante. S'il n'a pas remporté la moindre étape durant la semaine, le coureur de 31 ans a parfaitement su construire son succès. Au contact lors des trois premières étapes, ce dernier s'est emparé du maillot jaune et bleu de leader mercredi à l'issue du contre-la-montre de Grenoble terminé à la deuxième place derrière Tony Martin, pour ne plus le lâcher. Parfois lâché par les purs grimpeurs lorsque la pente se raidissait, Wiggins ne s'est jamais affolé, revenant bien souvent au train pour concéder un minimum de temps. Dimanche lors de l'arrivée de la septième et dernière étape à La Toussuire, le scénario s'est une nouvelle fois répété. Trois Français dans les dix premiers Leader de la FDJ sur ce Dauphiné, Thibaut Pinot, qui avait abandonné tout espoir au général après avoir perdu près de six minutes mardi lors de la deuxième étape à la suite d'une bordure, espérait finir l'épreuve en beauté. Présent dans la première échappée du jour, un groupe d'une dizaine de coureurs, le jeune grimpeur de 21 ans parvenait ensuite à lâcher ses compagnons d'échappée pour se retrouver seul en tête. Après avoir franchi en premier le col de la Croix de Fer (hors-catégorie) avec une minute d'avance sur le groupe des favoris, Pinot était rejoint dans la descente par Thomas Voeckler qui, à son tour, tentait le coup en solitaire. Très offensif depuis le début de la semaine, le leader d'Europcar attaquait seul la montée finale vers La Toussuire (première catégorie), bientôt rejoint par Pinot et Robert Gesink. Mais leur courte avance sur le groupe de tête n'était pas suffisante et on assistait à un regroupement général à quelques kilomètres du sommet. Vainqueur la veille au sommet du Collet d'Allevard, Joaquim Rodriguez laissait une fois de plus tout le monde sur place à 600 m de la ligne pour décrocher sa deuxième victoire d'étape consécutive, avec huit secondes d'avance sur Pinot, Gesink, Van den Broeck et Vinokourov. Arrivé avec dix petites secondes de retard, Wiggins pouvait savourer sa victoire obtenue avec 1'26'' d'avance sur Cadel Evans et 1'49'' sur Alexandre Vinokourov. De son côté, Christophe Kern, une nouvelle fois aux avant-postes, décroche une très belle sixième place au général. Deux autres Français finissent dans les dix premiers, Jean-Christophe Péraud septième et Thomas Voeckler dixième. Les hommes en forme de ce Critérium espèrent désormais poursuivre sur leur lancée jusqu'au Tour, dont le départ est prévu dans trois semaines. A l'exception de Joaquim Rodriguez qui a fait l'impasse sur la Grande Boucle pour se concentrer sur la Vuelta.