Westwood tient bon la barre

  • A
  • A
Westwood tient bon la barre
@ Reuters
Partagez sur :

GOLF - L'Anglais mène toujours la danse dans le Masters d'Augusta.

GOLF - L'Anglais mène toujours la danse dans le Masters d'Augusta. Il y en a eu pour tous les goûts. Aux deux extrémités du parcours, le troisième tour du Masters d'Augusta disputé cette nuit a été animé au rythme des eagles de Phil Mickelson, des birdies de Tiger Woods et des bogeys de... Tiger Woods. Le numéro un mondial, troisième ex-æquo avec le Sud-Coréen K.J. Choi, a rendu une carte de 70, soit -2, malgré sept trous joués un coup sous le par. Dommage, car l'écart de quatre longueurs qui le sépare désormais du leader avant le dernier jour aurait pu être plus minime encore. Westwood: "Je pense être prêt" Avec deux eagles consécutifs aux 13e et 14e trous, Phil Mickelson a lui aussi fait le show, rendant une carte de 67, soit -5. Mais cela n'a pas suffi à l'Américain pour prendre le leadership car Lee Westwood, en tête la veille avec son compatriote Ian Poulter qui s'est écroulé samedi (74), a été d'une régularité diabolique. Avec un seul bogey à son compteur personnel, l'Anglais a parfaitement contrôlé la fougue de ses poursuivants. Son sang-froid lui permettra-t-il de remporter le premier Majeur de sa carrière ? "Je pense être prêt", répond-il. Il serait temps. Car Lee Westwood, quatrième joueur mondial, est le seul parmi les meilleurs golfeurs de la planète à ne pas avoir inscrit son nom au palmarès d'un tournoi du Grand Chelem. Une anomalie à rectifier au plus vite, même s'il sait bien que le dernier tour, vu les lascars qui lui emboîtent le pas au classement général, ne sera pas de tout repos. "C'est ce que tout le monde voulait voir, assure-t-il. Tiger a manqué à tout le monde sur les greens ces cinq ou six derniers mois et il est de retour au plus haut niveau. Phil aussi. Les n°4, n°3 et n°1 mondiaux sont là. Je crois que c'est un bon leaderboard..." Difficile de faire mieux, en effet. Surtout vu les écarts. "Tiger, you suck God dammit !" Depuis 2001, année qui a vu les deux meilleurs mondiaux Tiger Woods et Phil Mickelson se livrer bataille jusqu'au bout, jamais un dernier tour n'avait eu une telle allure. A quoi s'attendre dimanche ? "On a vu des choses étranges se passer ces dernières années. Je crois que demain sera une autre journée excitante, annonce Phil Mickelson, qui n'a pas su où donner de la tête lors de cette journée à rebondissements. On ne pouvait pas savoir qui faisait quoi parce qu'il y avait des hurlements un peu partout en même temps." Tant qu'ils ne sont pas du même acabit que le "Tiger, you suck God damnit !" (*) que l'Américain n'a pu contenir au départ du 6e trou, le final de ce premier Majeur de la saison devrait être palpitant. ---------------------------------------------- (*) "Tiger, tu crains nom de dieu"