Weis arrive au bout

  • A
  • A
Weis arrive au bout
Partagez sur :

La saison de Frédéric Weis est sans doute terminée. Et sa carrière risque de prendre le même chemin. Le pivot français, vice-champion olympique avec les Bleus en 2000, a été mis à l'arrêt par Limoges mardi pour "une durée indéterminée" en raison de douleurs récurrentes aux genoux. Si le CSP espère le récupérer au plus vite, le joueur de 2,18 mètres est déjà prêt à tourner la page.

La saison de Frédéric Weis est sans doute terminée. Et sa carrière risque de prendre le même chemin. Le pivot français, vice-champion olympique avec les Bleus en 2000, a été mis à l'arrêt par Limoges mardi pour "une durée indéterminée" en raison de douleurs récurrentes aux genoux. Si le CSP espère le récupérer au plus vite, le joueur de 2,18 mètres est déjà prêt à tourner la page. Rien n'est encore officiel. Mais une semaine après Laurent Sciarra, qui a mis un terme à sa carrière de joueur professionnel après une demi-saison difficile à Pau-Lacq-Orthez, un autre vice-champion olympique de Sydney prend le chemin de la retraite. Frédéric Weis, membre de l'équipe de France médaillée d'argent aux Jeux de l'an 2000, a été arrêté mardi par Limoges pour "une durée indéterminée" en raison, selon un communiqué publié sur le site du club, de "douleurs récurrentes aux genoux, et plus particulièrement le droit qui a nécessité des soins intensifs depuis de nombreuses semaines". A 33 ans, le géant de 2,18 mètres n'a pas annoncé que le match perdu ce week-end par le CSP contre Roanne était son dernier. Mais c'est tout comme. "Hier (lundi), j'avais rendez-vous avec le président (Frédéric Forte, ndlr) et honnêtement, j'étais décontracté. Je me sentais bien. Je me disais que c'était la vie, raconte-t-il dans un reportage diffusé sur France 3. Et plus on parlait, plus c'était dur émotionnellement. J'avais un peu de mal à lui dire que voilà, c'était fini. Je ne m'en suis pas encore rendu compte parce que j'ai au beaucoup de travail depuis. Mais là, plus j'y pense et plus c'est compliqué pour moi." Le buzz de l'an 2000 Cela fait déjà plusieurs saisons que le pivot tricolore se bat avec son corps pour rester au plus haut niveau. Ce qui ne l'a pas empêché d'avoir une carrière de plus de quinze ans riche en titres. Bien sûr, l'épopée des Bleus à Sydney restera pour lui un souvenir inoubliable même si certains, un peu moqueurs, se rappelleront que c'est aussi là-bas que Vince Carter, alors star montante des Etats-Unis, l'avait postérisé en lui dunkant par-dessus. La même année, il avait également réussi un fabuleux triplé Championnat-Coupe de France-Coupe Korac avec le CSP. Une cuvée 2000 exceptionnelle et un club qui resteront dans son coeur à jamais. Plus, sans doute, que ses passages à Salonique (2000-01), Malaga (2001-04), Bilbao (2004-09) et Minorque (2009-10) ou sa draft en NBA par les New York Knicks qui, en 1999, ont préféré le laisser grandir en Europe. "Limoges m'a apporté les meilleures années de basket et de vie que j'ai eues, mais au niveau du basket elle m'a aussi apporté la plus dure cette saison. C'est un bon condensé de ce qui s'est passé réellement. Mais je n'oublierai jamais ce que j'ai pu vivre ici, surtout en l'an 2000, assure-t-il, lui qui est désormais propriétaire de quelques affaires dans la ville et pourrait, à l'avenir, investir dans le CSP. Je pense qu'il ne faut jamais regretter ce qu'on a fait. Moi, j'ai essayé de rendre service en revenant ici (l'an dernier) et le club est remonté (en Pro A). Après, ça ne s'est pas passé comme je le souhaitais. C'est la vie." Pour le remplacer, le promu limougeaud a mis à l'essai l'intérieur anglo-nigérian Ndudi Ebi (26 ans, 2,06 m), drafté par les Minnesota Timberwolves en 2003. Un joueur non formé localement de plus à gérer pour le coach Zare Markovski...